Trains des Amériques

Documentation & Terminologie & Opérations

Vocabulaire 14 - Signaux ferroviaires : les bases

Sauf mention contraire, Texte et photos : BEn
Trains des Amériques, novembre 2022

La signalisation des trains nord-américains est un casse-tête. Vous voilà prévenus ! S’il existe des points communs entre les compagnies, chacune a ses règles et ses procédures. Dans cet article, nous allons tenter de présenter quelques informations universelles pour que vous ajoutiez quelques touches de couleur à vos réseaux !

Apparence et Aspect

Ces deux informations sont très importantes. Par ailleurs, il faut bien prendre ces deux termes comme étant en anglais, même si la langue française utilise ces mots.

Laspect est l’information donnée par le signal (combinaison de couleurs, par exemple) ; le terme est en anglais et doit être compris comme l’interprétation du signal. Lapparence est le signal dans son ensemble : le type d’information qu’on peut rencontrer, mais aussi les plaques d’identification accrochées au mat.

Problème : un signal avec la même apparence peut avoir un aspect différent entre deux compagnies de chemin de fer. Souvent, les modélistes choisissent d’utiliser les signaux des compagnies, mais parfois en les simplifiant pour permettre une exploitation plus simple de leurs réseaux.

Voici cinq aspects fréquents :

346 📝
Stop
Red over red

Searchlight affichant un stop

Photo : Russell Sekeet, CC-BY, source

Indication d’arrêt absolu.

Cette indication peut être convoyée ainsi :

  • Signal présentant deux lampes rouges placées l’une au dessus de l’autre.
  • Un signal à lampe unique rouge donne la même indication.

347 📝
Medium Clear
Red over green

Indication de passer un point donné à une vitesse limitée (par exemple un interlocking).

Cette indication peut être convoyée ainsi :

  • deux lampes placées l’une au dessus de l’autre, celle du haut est rouge, celle du dessous est verte.
  • deux lampes placées l’une au dessus de l’autre, celle du haut est verte, celle du dessous est rouge clignotante.

La vitesse à respecter est documentée sur le profil de ligne, en possession de l’engineer.

348 📝
Restricting

Indication de marche à vitesse restreinte (restricting speed).

Cette indication peut être convoyée ainsi :

  • Red over Yellow : signal présentant deux lampes placées l’une au dessus de l’autre, celle du haut est rouge, celle du dessous est jaune.
  • Yellow : signal à lampe unique jaune.

407 📝
Approach Slow
yellow over yellow

Indication d’approcher le prochain signal suivant à vitesse réduite.

Cette indication peut être convoyée par le Yellow over yellow : signal présentant deux lampes jaunes placées l’une au dessus de l’autre.

406 📝
Clear
Green over green, Green over red

« Clear » sur une ligne du CN.

Photo : Taylor, CC-BY-SA 4.0, source

Indication de la voie libre, à la vitesse indiquée par un signal, ou par la fiche de route.

Cette indication peut être convoyée ainsi :

  • Green : signal vert seul indique la même information.
  • Green over green : signal présentant deux lampes vertes placées l’une au dessus de l’autre.
  • Green over red : signal présentant deux lampes placées l’une au dessus de l’autre, celle du haut est vert, celle du dessous est rouge.

Un point important concernant l’apparence, qui impacte l’aspect :

408 📝
Absolute

Un signal peut présenter une plaque indiquant « A », ce qui signifie absolute. Ainsi, alors qu’il est possible de franchir un signal au rouge, un signal avec une plaque « A » signifie qu’il faut absolument s’arrêter. Seul le dispatcher peut donner l’autorisation de franchir ce signal.

Certaines règles s’appliquent en fonction de l’aspect :

322 📝
Restrected speed

Règle plutôt universelle demandant à l’engineer de rouler une faible vitesse et d’être en mesure d’arrêter son train si un obstacle apparaît à « la moitié du champ de vision ».

Configuration particulières liées aux signaux

Il existe un endroit où l’on trouve souvent plein de signaux, et un où c’est tout l’inverse.

349 📝
Interlocking

Interlocking à Selma-Smithfield, Caroline du Nord

Les voies de CSX et du NS se croisent à cet endroit, également desservi par des trains Amtrak.

À l’avant-plan sont les searchlight qui protègent l’interlocking, les signaux rouges dans le lointain sont ceux commandant l’arrêt en gare.

Photo : David Wilson, CC-BY 2.0, source

Un interlocking est une disposition d’appareils de signaux destinés à empêcher que des mouvements ferroviaires rentrent en collision lors du franchissement d’un ladder ou d’un crossing.

Les commandes des appareils de voie et des signaux sont contraintes par un système d’enclenchement, empêchant de créer des itinéraires ou de convoyer des ordre qui pourraient causer un acident.

Par extension, le terme interlocking désigne l’ensemble des signaux couvrant les voies concernées, et donc la zone concernée.

De nombreuses règles d’exploitation portent sur le comportement à adopter lors du franchissement d’un interlocking.

152 📝
Dark territory

Voie ou ligne où la détection des trains n’est pas effectuée par les circuits de voie.

Généralement, la sortie du « dark territory » est empêchée par un signal. Le conductor du train doit alors signaler sa présence au dispatcher, généralement par téléphone.

Si la plupart des signaux ont longtemps été commandés localement, la nécessité d’augmenter le rendement des lignes et la sécurité de ces dernières a amené à une centralisation des commandes des signaux :

350 📝
Centralized Traffic Control
CTC

Machine CTC à Thorndale, PA

Photo : Sturmovik, CC-BY-SA 3.0, source

Système de contrôle central du mouvement des trains. Une console centralisée rend compte de l’occupation des voies, et donne au dispatcher la possibilité de contrôler les trains via les appareils de voie et les signaux répartis le long de la voie.

Chaque canton renvoie l’information de la présence ou de l’absence d’un train, une évolution par rapport au système de TTTO, qui comprenant de nombreux cas de dark territory.

Ce type de système est un système à enclenchement, permettant d’éviter de créer des itinéraires conflictuels ou que des trains ne se rencontrent.

Testé dans les années 1930 par le New York Central Railroad, les CTC sont devenus courants dans les années 1940. Depuis, ils ont été remplacés par des ordinateurs.

L’inconvénient de ce système est qu’il nécessite des investissements pour placer des signaux régulièrement tout au long des voies, et qu’en cas d’incident d’exploitation, il peut manquer de souplesse (des track warrants sont alors utilisés.

Types de signaux

319 📝
Color-position signal
Position light

Color-position signal, modèle-type du Baltimore and Ohio, en activité sur le Staten Island Railway.

Photo : Thomas Plunkett, CC-BY-SA 4.0, source

Type de signal présentant plusieurs lampes sur une unique cible, sur le même principe d’un Colorlight signal.

Cependant, chaque lampe est doublée ou triplée afin de donner une information par la couleur et/ou par la position de cette couleur, reprenant les positions du semaphore.

Il y a ainsi pour certains signaux :

  • deux lampes rouges formant une ligne horizontale
  • deux lampes jaunes formant une ligne à 45°
  • deux lampes vertes formant une ligne verticale

Certains signaux, notamment les premiers modèles du Pennsy, repris par les compagnies de l’est des USA, présentent trois lampes jaunes formant soit une ligne horizontale, soit une ligne à 45° ou soit une ligne verticale.

318 📝
Colorlight signal

Signaux sur le Santa Fe

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Type de signal présentant plusieurs lampes sur une unique cible, chaque lampe présentant une unique couleur (rouge, vert, jaune).

Ces signaux pouvaient parfois créer des couleurs « fantômes » du fait de la réflexion du fanal de la locomotive sur la cible. Ces couleurs peuvent mener à une mauvaise lecture du signal. Pour cette raison, les searchlight signals étaient préférés.

Avec l’arrivée des LEDs, ces signaux tendent à devenir le système dominant.

326 📝
Dwarf signal

Dwarf signal commandant l’arrêt

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Petit signal bas, placé entre deux voies.

317 📝
Searchlight signal

Signaux searchlight au Québec

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Type de signal présentant une seule lampe sur une unique cible, mais possédant une lampe seule lampe affichant plusieurs couleurs (rouge, vert, jaune).

La lentille utilisée permet de concentrer la lumière et de la rendre très visible à longue distance.

Avant l’utilisation des LEDs multi-couleurs, ces signaux étaient coûteux à entretenir, car ils nécessitaient une partie mécanique pour placer la bonne lampe de couleur en face de la lentille.

Ces signaux tendent à disparaître pour être remplacés par les Colorlight signal équipés de LEDs, plus simples à entretenir.

321 📝
Semaphore

Sémaphores en 1986 au Nouveau Mexique

Source : Roger Puta, domaine public, source

Sémaphore (évidemment).

Type de signal mécanique constitué d’une longue palette fixée à un mat. Cette palette présente généralement trois aspects :

  • position horizontale
  • position à 45°
  • position verticale

Les sémaphores ont ensuite été éclairés pour être lisibles de nuit :

  • position horizontale avec une lampe rouge
  • position à 45° avec une lampe jaune
  • position verticale avec une lampe verte

Un Color-position signal reprend le principe du sémaphore, mais uniquement avec des lampes.

Le Santa Fe était réputé pour son utilisation intense de sémaphores.

320 📝
Tumble down

Expression désignant le passage d’un signal au rouge.

« Tumble » signifie « tomber » ou « chuter », et représente ici l’action de la barre du semaphore qui passe à l’horizontale (équivalent du signal rouge). L’expression est restée malgré la disparition des sémaphores.

À propos de l’auteur

Modéliste ferroviaire depuis l'adolescence, je travaille aujourd'hui sur un réseau en N canadien orienté opérations ferroviaires. J'aime aussi sortir des sentiers battus (la voie étroite n'est jamais loin) et réfléchir à la pratique modéliste.

Voir sa présentation et ses articles.

En couverture : Signaux searchlight sur le Santa Fe.

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Sauf mention contraire, le texte et les photos de cet article sont disponibles sous licence Creative Commons BY-NC-SA.

Crédits : sauf mention contraire, texte et photos par BEn ; CC-BY-NC-SA ; Trains des Amériques, Trains des Amériques.

Permalien : https://www.trainsdesameriques.fr/?article120