Trains des Amériques

Documentation

Une collection GM&O en N

Sauf mention contraire, Texte et photos : Luc
Trains des Amériques avril 2022

Par des achats successifs, Luc a commencé à suivre la « route des rebelles » : le Gulf, Mobile and Ohio Railroad (GM&O).

Un beau jour, vers l’an 2008, mon fournisseur favori pour le N, All American Trains, a proposé dans sa newsletter (que je vous recommande vivement !) ceci :

×

C’est une Alco DL-105, reproduite en N par Life-Like, marque qui a été ingérée depuis par Walthers.

Un article Spookshow affirme, et il n’y a pas de raison d’en douter, que les DL-105, 107 et 109 sont très semblables d’aspect. C’est le numéro 270 de la mienne qui permet d’affirmer que c’est bien une DL-105.

Bref ! Elle me plaisait, je la trouvais originale, elle n’était pas chère, je l’ai donc achetée, et une caboose avec. L’ensemble est allé somnoler quelque temps dans une vitrine.

Quelques années plus tard, j’ai fabriqué le réseau « Bayou Tallahatchie » (voir ici). En cherchant des informations sur ce qui pouvait rouler là dans les années, disons, 1960, je suis derechef tombé sur ce sigle GM&O.

Je m’y suis donc intéressé.

Les préliminaires

On lira avec profit ceci : https://www.gmohs.org/GMORR/A_Condensed_History_of_the_GMO.htm

Mais en résumé, sachons que les milieux d’affaires de Mobile, Alabama ont éprouvé le besoin de créer une route parallèle au Mississippi, qui leur appartienne et qui ne soit pas tributaire des caprices du fleuve. Entre 1848 et 1940, une histoire de fusions-acquisitions et de grands hommes providentiels a fini par déboucher sur la naissance de la compagnie « Gulf, Mobile & Ohio », reliant Mobile et la Nouvelle Orléans à Saint-Louis.

En 1972, la compagnie « Illinois Central » achète la GM&O, se renomme « Illinois Central Gulf », redevient « Illinois Central » en 1988, et est avalée par la Canadien National en 1998-1999. Fin de l’histoire.

Photo extraite du site de la GMOHS
×
Photo extraite du site de la GMOHS

Des modèles réduits en N

Au fil des années, j’ai pu me procurer quelques autres pièces, mais sans chercher très assidûment. En même temps, c’est une compagnie pas très importante, et disparue il y a déjà un certain temps. Il n’y a pas eu énormément de modèles, et beaucoup sont introuvables.

La GMOHS affiche sur son site des pages de modèles réduits existants, et il y en a une consacrée au N. Cette page n’est pas parfaitement à jour : certaines de mes pièces qui n’y sont pas répertoriées ! Ils suggèrent de leur écrire, je vais le faire.

Il y a aussi la page de « The Diesel shop » : https://www.thedieselshop.us/GMO.HTML

Outre la DL-105 et sa caboose (Atlas), j’ai pu trouver :

Une ALCO RS-1, la 1108 (Atlas)
×
Une ALCO RS-1, la 1108 (Atlas)
Une ALCO RS-3, la 1518 (Atlas)
×
Une ALCO RS-3, la 1518 (Atlas)
Une EMD GP-30, la 516 (Atlas)
×
Une EMD GP-30, la 516 (Atlas)

Sur la GP-30, on pourrait penser que j’ai eu la main lourde, mais pas du tout ; les vraies sont pires !

Enfin, encore une caboose Atlas, une paire de boxcars bruns (Atlas) et une paire de boxcars rouges (Deluxe Innovations).

×
×
×

Autant tout ce matériel Atlas est parfait, autant j’ai eu des soucis de roulement avec les fourgons rouges ; tout est rentré dans l’ordre quand je les ai équipés de bogies Atlas.

Ce boxcar Mehano (ou Model Power) appartient à la compagnie qui a racheté la GM&O en 1972 ; c’est donc bien le même « GULF » !

×

Et cette SD-40 (Kato) porte sur le flanc de sa cabine les lettres IC, indiquant qu’elle a d’abord appartenu à l’Illinois Central ; elle a donc bien un lien avec la GM&O !

×

La Ingalls 4-S

À la fin de la seconde guerre mondiale, le chantier naval Ingalls (Robert, PAS Charles !) a voulu diversifier ses activités en fabriquant des locomotives. D’un point de vue commercial, ils auraient sans doute mieux fait de s’en tenir aux bateaux (voir la liste impressionnante de ce qu’ils ont construit). Ils ont construit UN prototype de motrice Diesel, dont personne n’a voulu, et qui a fini par faire une carrière d’une vingtaine d’années à la GM&O. Cette machine a été ferraillée en 1967, et c’est bien regrettable ; l’article Wikipedia affirme qu’elle avait une bonne réputation de solidité. En plus, elle est esthétiquement vraiment très originale, avec son poste de conduite proéminent façon Krauss-Maffei et son arrière vitré.

Crédit image : site de la GMOHS
×
Crédit image : site de la GMOHS
Crédit image : site de la GMOHS
×
Crédit image : site de la GMOHS
Crédit image : site de la GMOHS
×
Crédit image : site de la GMOHS

Dis, Monsieur Kato, tu veux bien en faire une ? Je te donnerais mon vieux vinyl « Born on the bayou » de John Fogerty !

×

À propos de l’auteur

Voir sa présentation et ses articles


Sauf mention contraire, le texte et les photos de cet article sont disponibles sous licence Creative Commons BY-NC-SA.

Crédits : sauf mention contraire, texte et photos par Luc ; CC-BY-NC-SA ; Trains des Amériques, Trains des Amériques.

Permalien : https://www.trainsdesameriques.fr/?article61