Trains des Amériques

Test et essais

Test : les SD70ACe « Employee Pride » de Kato et BLI

Sauf mention contraire, Texte et photos : Hargloub
Trains des Amériques n°10, Mars 2021

Voici comme promis quelques photos comparatives de la reproduction de la SD70ACe #1111 de l’Union Pacific, proposée par Kato et Broadway Limited Imports (BLI). Ces modèles ont été mis sur le marché ce début février 2021.

La UP 1111 réelle en décembre 2020

La machine réelle fait partie des machines peintes pour un hommage, soit aux anciennes compagnies (livrées heritage), soit à des personnes (la UP #4141 rend hommage au 41e président, George Bush Sr. ou la EMD SD60E n°911 du Norfolk Southern pour les premiers secours.) ou des organisations.

La #1111 de l’Union Pacific rend hommage aux travailleurs de l’Union Pacific.

Crédit image : Tyler Silvest, CC-BY (source)
×
La UP 1111 réelle en décembre 2020

La machine réelle fait partie des machines peintes pour un hommage, soit aux anciennes compagnies (livrées heritage), soit à des personnes (la UP #4141 rend hommage au 41e président, George Bush Sr. ou la EMD SD60E n°911 du Norfolk Southern pour les premiers secours.) ou des organisations.

La #1111 de l’Union Pacific rend hommage aux travailleurs de l’Union Pacific.

Crédit image : Tyler Silvest, CC-BY (source)
Broadway Limited Imports, trois-quarts avant
×
Broadway Limited Imports, trois-quarts avant
Kato, trois-quarts avant
×
Kato, trois-quarts avant

Tout d’abord vue de trois-quarts avant : on remarque tout de suite des différences au niveau de la toiture de cabine, avec les antennes GPS, PTC etc. A cet endroit, la Kato semble avoir simplifié le problème, la BLI foisonne de détails. La vérité, c’est BLI qui la représente. D’ailleurs Kato reconnaît qu’il a fait au plus simple. En revanche, j’aime mieux les vitrages de la Kato, qui font moins « cul de bouteille » que ceux de la BLI.

Sur la vue de profil, BLI en haut, Kato en bas

Les machines sont faciles à départager : les traits de contour des personnages sont bien plus fins sur la Kato, ceux de BLI font empâtés et trop épais, cela nuit à la finesse. Les couleurs de la carrosserie - hormis les décors sérigraphiés - semblent identiques sur les deux modèles.

Les petites touches de rouge sur les accessoires du réservoir seront à faire manuellement lors du weathering sur la Kato.

×
Sur la vue de profil, BLI en haut, Kato en bas

Les machines sont faciles à départager : les traits de contour des personnages sont bien plus fins sur la Kato, ceux de BLI font empâtés et trop épais, cela nuit à la finesse. Les couleurs de la carrosserie - hormis les décors sérigraphiés - semblent identiques sur les deux modèles.

Les petites touches de rouge sur les accessoires du réservoir seront à faire manuellement lors du weathering sur la Kato.

On voit encore mieux les différences en s’approchant (la BLI en haut, la Kato en dessous).
×
On voit encore mieux les différences en s’approchant (la BLI en haut, la Kato en dessous).

Convaincus de la différence flagrante, même au 1/160 ? Kato rules !

A l’arrière, encore des différences très visibles.

La grille de ventilateur du frein électrique couleur inox sur la BLI et noire sur la Kato. Qui a bon ? Je dirais BLI, mais je n’ai pas trouvé de photo de la toiture de la #1111 réelle. Les rambardes de la BLI semblent un poil plus fines que les Kato, c’est tant mieux, mais cela ne compense pas l’absence de finesse de la sérigraphie.

×
A l’arrière, encore des différences très visibles.

La grille de ventilateur du frein électrique couleur inox sur la BLI et noire sur la Kato. Qui a bon ? Je dirais BLI, mais je n’ai pas trouvé de photo de la toiture de la #1111 réelle. Les rambardes de la BLI semblent un poil plus fines que les Kato, c’est tant mieux, mais cela ne compense pas l’absence de finesse de la sérigraphie.

Les toitures

Une légère différence également sur l’échappement et l’avertisseur sonore, mais où est la vérité ? (BLI en haut, Kato en bas)

×
Les toitures

Une légère différence également sur l’échappement et l’avertisseur sonore, mais où est la vérité ? (BLI en haut, Kato en bas)

En conclusion, je suis mitigé : j’aime mieux la Kato pour la qualité de la sérigraphie latérale, et la BLI pour son respect de la vérité et détail.

Du point de vue fonctionnel, un comparatif eut été biaisé, car la BLI est équipée d’usine d’un DCC sonore équivalent (Paragon III) à un Loksound 5, alors que la Kato nécessite tout un chantier d’électromécanique pour être équipée d’un DCC sonore équivalent (ou alors la version 176-8412LS hors de prix, plus de 300 € !) ; on oublie les Digitrax SDXN146K1E et leur sonorité pourrie.

Bref, je suis déçu par BLI car pour le prix payé (244 € franco expédié à Paris) la sérigraphie latérale aurait du être bien mieux réussie, on aurait atteint le sans-faute.

Puissent ces quelques éléments vous aider à faire votre choix, si vous souhaitez du sang neuf en ligne.

Post-scriptum : j’ai écrit un message à Ken Silvestri, le Sales VP de BLI, en lui joignant les photos montrant la différence pas flatteuse pour le décorateur de BLI vs. la machine Kato ; il a transmis mon message à son « art coordinator ». Je me demande si mon modèle, issu des toutes 1res productions, a été validé en contrôle qualité par rapport à une panoplie de référence si peu exigeante et « peinte au rouleau ». À suivre... sur le forum !



Cet article est disponible sous licence Creative Commons BY-NC-SA.

Crédits : sauf mention contraire, texte et photos par Hargloub ; CC-BY-NC-SA ; Trains des Amériques, Mars 2021.

Permalien : https://www.trainsdesameriques.fr/?article72