Trains des Amériques

Glossaire
Tous les termes

133 📝 🔗
Acela

Un Acela de première génération en gare de Odenton, Maryland

Photo : Ryan Stavely, CC-BY-SA, source

Service de train à grande vitesse assuré depuis 2000 par des rames électriques et exploité par l’Amtrak sur le corridor nord-est (Washington, Baltimore, Philadelphie, New-York, New Heaven, Providence et Boston).

La majorité des voies empruntées par l’Acela sont partagées avec d’autres services voyageurs et des trains de fret, impactant sa vitesse. Sur les 735 kilomètres de parcours, seuls 364 kilomètres sont exploités à grande vitesse (au dessus de 200 km/h). Sur une courte portion d’un peu plus de 50 kilomètres entre le Massachusetts et le Rhode Island, le train est exploité à 240 km/h ; de ce fait, l’Acela est le train le plus rapide des Amériques.

Le matériel de l’Acela a été construit par Bombardier-Alstom. Une nouvelle génération de trains construits par Alstom et dérivés du TGV doit être mise en service en 2021.

Listé dans Compagnies et organisations

168 📝 🔗
Action red

Trois GP20C-ECOs du Canadien Pacifique

Photo : Jerry Huddleston, CC-BY, source

Rouge utilisé par le Canadien Pacifique depuis 1968.

Listé dans Livrées et marquages

Amtrak
AMTK

Deux GE P42DC de l’Amtrak, tractant le Southern Chief, traversent le Nouveau-Mexique.

Jerry Huddleston, CC-BY, source

Entreprise ferroviaire publique américaine fondée en 1971 pour prendre en charge le trafic national de passagers, jusqu’alors assuré par les autres compagnies ferroviaires.

Elle exploite des trains de passagers sur grande distance. Elle dessert tous les États contigus des États-Unis (sauf le Wyoming et le Dakota du Sud) et certains trains desservent quelques villes canadiennes majeures.

Elle exploite également le service à grande-vitesse Acela Express, sur le corridor du Nord-Est, la seule ligne qu’elle possède. Les autres trains empruntent les lignes des autres compagnies.

Son nom est la contraction de « America » et « trak ».

Voir aussi :

Acela

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

104 📝 🔗
Amtrak Phase I

Le San Francisco Zephyr en 1980

Photo : Drew Jacksich, CC-BY, source

Première livrée de l’Amtrak mise en place à partir de 1972.

Pour les locomotives : caisse argent, toit et châssis noirs, nez rouge (bloody nose) ; voitures et wagons argent avec deux bandes de couleur (rouge en haut, bleu en bas) courant sur toute la longueur du train.

Pour les automoteurs, on tente de combiner les deux.

Listé dans Livrées et marquages

105 📝 🔗
Amtrak Phase II

Une EMD F40PHR en tpete du Reno Fun Train en 1979

Drew Jacksich, CC-BY-SA, source

Livrée appliquée à partir de 1974 par l’Amtrak, les locomotives prenant la livrée du reste du matériel roulant.

Pour tout le matériel : caisse argent rehaussée de deux barres de couleur (rouge en haut, bleu en bas) courant sur toute la longueur du train ; toit et châssis noirs.

Listé dans Livrées et marquages

106 📝 🔗
Amtrak Phase III
Pepsi Can, Viewliner

Une GE P30CH en livrée Phase III, Floride, 1987.

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Livrée de l’Amtrak introduite en 1976.

Pour l’ensemble du matériel roulant : caisse argent avec trois larges bandes égales (rouge en haut, blanche au milieu, bleu en bas) sans le liseré blanc, courant sur toute la longueur du train. Le nom « Amtrak » est placé au centre de la face avant de la locomotive.

La Phase III présente des variantes suivant le matériel :

Listé dans Livrées et marquages

107 📝 🔗
Amtrak Phase IV
Amtrak Phase VI, Amtrak Phase IVb

Le Hiawatha Service à Chicago en septembre 2001

Photo : Lexcie, CC-BY-SA, source

Livrée appliquée par l’Amtrak à partir de 1993 sur le matériel remorqué et à partir de 1995 sur les locomotives.

Caisse gris argent ; courant sur toute la longueur de la caisse, deux fines bandes rouges (haut) et une épaisse bande bleu foncé (bas). La marque « Amtrak » en toutes lettres est appliquée en blanc sur la bande bleue.

À partir de 2002, une légère variante est appliquée sur le matériel remorqué pour l’aligner avec l’Amtrak Phase V. Elle se distingue de la livrée de phase VI par l’utilisation du logo « Travelmark ». Elle est nommée Amtrak Phase VI ou Amtrak Phase IVb.

Listé dans Livrées et marquages

108 📝 🔗
Amtrak Phase V
Travelmark

Le Maple Leaf à Niagara Falls (Ontario), en route vers Toronto, est tracté par une GE P42DC en livrée de phase V.

Photo : Himsing, CC-BY-SA, source

Livrée créée pour l’Acela et appliquée sur les autres locomotives de l’Amtrak à partir de 2000.

Caisse gris-argent, toit et face avant des machines bleue, bande réfléchissante rouge fine en bas de caisse. Le nouveau logo « Travelmark », bleu, est appliqué sur les flancs des caisses.

Les wagons et les locomotives de manœuvres sont gris avec toit et bas de caisse bleu. Les voitures ne sont pas concernées par la phase V.

Listé dans Livrées et marquages

103 📝 🔗
Amtrak Rainbow

« Livrée », ou plutôt absence de livrée, aux débuts de l’Amtrak durant la première moitié des années 1970.

Tout le matériel de la compagnie était hérité des anciens exploitants de trains de voyageurs, faisant que les machines et voitures de l’Amtrak étaient de toutes les couleurs (comme un arc en ciel).

Listé dans Livrées et marquages

109 📝 🔗
Amtrak Regional
Amtrak California, Amtrak Cascades

Certains trains exploités par l’Amtrak sont largement subventionnés par une autorité locale. Ils ont donc une livrée spécifique comme Amtrak Californie ou Amtrak Cascades, dans l’état de Washington.

Listé dans Livrées et marquages

Association of American Railroads
AAR

Association d’industriels des chemins de fer nord-américains (compagnies, constructeurs, etc.) créée le 12 octobre 1934. L’AAR publie des normes permettant l’interopérabilité des matériels ferroviaires.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

Atchison, Topeka and Santa Fe
ATSF, Santa Fe

6 unités F du Santa-Fepassent en 1967 près de Elida, Nouveau Mexique

Photo : Roger Puta, domaine public, source

L’Atchison, Topeka and Santa Fe Railway est fondée en 1859. Son terrain de jeu est le Kansas et le Colorado, où la compagnie même une importante campagne de colonisation en louant ses terrains à des fermiers. La compagnie finance ainsi le franchissement des montagnes Rocheuses en 1878. La concurrence est rude et l’ATSF est en conflit (parfois armés) avec d’autres compagnies de chemin de fer.

Durant la première moitié du XXe siècle, l’ATSF créé de nombreuses filiales contrôlées à 100%, permettant un développement rapide des lignes de chemin de fer en Californie et en Arizona. Après la Seconde Guerre mondiale, l’ATSF développe des services annexes au train, allant jusqu’à avoir ses bus, ses ferries et même des avions. Ses trains de voyageurs sont aussi innovants, avec les premières voitures panoramiques pu des voitures à deux niveaux pour trains à longue distance.

L’ATSF a décoré son matériel de nombreuses livrées, la plus célèbre étant le « Warbonnet ».

Fin 1986, l’ATSF et le Southen Pacific annoncent leur fusion pour former le SPSF et, en prévision, peignent quelques locomotives en livrée « Kodachrome ». Mais l’Interstate Commerce Commission refuse la fusion.

Finalement, l’ATSF et le Burlington Northern Railroad fusionnent le 31 décembre 1996 pour former le Burlington Northern and Santa Fe Railway.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

Autorack

Autorack entre deux wagons au gabarit « classique ».

Source : Dan from PQ, Canada - Wikimedia Commons

Wagon destiné au transport des automobiles. Le chargement est effectué par les extrémités, qui sont équipées de portes.

Le gabarit généreux de certaines lignes permet de transporter des automobiles dans des wagons à deux ou trois niveaux. Aujourd’hui, ces wagons sont les plus hauts que l’on peut trouver sur les rails nord-américains [1].

Ces wagons étaient auparavant ouverts, à deux ou trois étages. Historiquement parlant, le transport d’automobiles était assuré par des box-cars, chargés par les portes latérales en faisant un créneau, voire, pour certains, en attachant l’automobile les roues en l’air dans le wagon.

Comme les Hi-cube boxcars, leur excès de hauteur est indiqué par de la peinture et divers avertissements. Il faut juste ne pas les faire passer par une voie inadaptée !

Listé dans Wagons

169 📝 🔗
ball-and-bar

Plaque bal-and-bar exposée au National Railway Museum Green Bay

Photo : SignalPAD, CC-BY-SA, source

Logo du Chicago & North Western.

Listé dans Livrées et marquages

ballast
lime ballast, cinder ballast, slag ballast, dust ballast, sand ballast

Un ballast de bonne qualité est appelé lime ballast (ballast de chaux), car sa couleur est plus claire que le cinder ballast. Il est fait de pierre concassée.

Le cinder ballast (ou slag ballast) est lui constitué des scories provenant du foyer des locomotives. Ce ballast de mauvaise qualité est noir ; à l’époque de la vapeur, il servait souvent à ballaster les sidings ou les spurs. Depuis, il a été remplacé par du ballast en pierre (quand il a été remplacé).

Il existe des ballasts de plus mauvaise qualité que le cinder : le dust ballast (ballast de poussière) ou le sand ballast (ballast de sable). Généralement, il s’agit de ballast équipant des voies très peu desservies, ou des restes d’un ballast moyen posé là il y a des dizaines d’années et ayant totalement disparu.

Listé dans Lignes et voies

Baltimore and Ohio
BO, B&O

Une EMD E9 du B&O à Cumberland, août 1970.

Elle côtoie une E8 du C&O, la compagnie parente, dont elle partage la livrée. Photo : Roger Puta, domaine public, source

En 1829, la première ligne de chemin de fer du Baltimore & Ohio fait rouler la première locomotive construite aux USA.

Innovante, la compagnie est également la première à construire une gare pour voyageurs, un dépôt pour le fret, à gagner de l’argent grâce au trafic de passagers ou à publier des horaires publics. Tout cela en 1830 ! La compagnie accepte aussi de faire passer la première ligne de télégraphe le long de ses voies en 1843, bénéficiant de ce fait de ce service innovant.

Les finances ne sont pas bonnes au tournant du siècle, et le Pennsylvania Railroad prend le contrôle majoritaire en 1901, mais en conservant la compagnie du B&O. La compagnie exploite alors deux lignes partant de New-York, l’une vers Chicago et les Grands Lacs, et l’autre vers Saint-Louis.

En 1963, c’est le Chesapeake and Ohio qui en prend le contrôle, mais sans fusionner les activités. Avec le Western Maryland, contrôlé par le B&O, ces compagnies se regroupent sous le nom de Chessie System en 1973.

Une partie du Chessie System devient CSX en 1980. Le B&O ne rejoint pas l’opération, mais ne peut tenir : en 1987, après un dernier sursaut d’autonomie, CSX absorbe définitivement le Baltimore & Ohio.

Listé dans Compagnies et organisations

175 📝 🔗
BC rail
Pacific Great Eastern Railway, British Columbia Railway, PGE, BCOL, BCIT

Deux GMD GF6C électriques en livrée BC Rail

En tête d’un train de charbon près du Wolverine Tunnel, en 1987. Photo : Roger Puta, domaine public, source

Fondé en 1912 sous le nom de Pacific Great Eastern Railway, cette compagnie opère une ligne principale de 2320 kilomètres de long, située exclusivement en Colombie Britannique.

Devenue propriété publique en 1918, la compagnie est nommé British Columbia Railway en 1972, puis BC rail en 1984. Il s’agit alors du troisième transporteur ferroviaire du Canada. Elle exploite également quelques lignes électrifiées.

En difficulté financière à partir des années 1990, les actifs du BCOL sont cédés pour 60 ans au Canadian National en 2004, ce qui créa un scandale politique majeur dans le pays.

Listé dans Compagnies et organisations

115 📝 🔗
Big Blue Sky

Le Western Star, photographié dans le Glacier National Park.

Photo : autour inconnu, domaine public, source

Livrée du Great Northern ; caisse bleue, bandeau en haut de caisse blanc, toit et chassis noirs ; marquages blancs.

Listé dans Livrées et marquages

117 📝 🔗
Billboard
Bookends, Pinstripe

Une GE U25B en livrée billboard

Roger Puta, domaine public, source

Livrée de l’ATSF appliquée entre 1960 et 1972 ; bleue avec lettrage, flancs de châssis, nez et filets jaunes.

Listé dans Livrées et marquages

156 📝 🔗
Black Diamond

FM H-12-44 préservé par le Rochester & Genesee Valley Railroad Museum

Photo : Boblenon, CC-BY, source

Surnom du logo du Lehigh Valley Railroad. Il fait référence au « diamant noir », le charbon, principale ressource transportée par le LV.

Ce nom est aussi celui d’un train de voyageurs du Lehigh Valley.

Listé dans Livrées et marquages

Black widow

EMD GP9 « high nose » du Southern Pacific, 1966

Photo : Drew Jacksich CC-BY-SA ; source

Surnom d’une livrée du Southern Pacific : caisse noire soulignée d’un bandeau de bas de caisse vermillon, avec les faces couleur argent rehaussées de moustaches orange clair liserées de noir.

La traduction de cette livrée est « veuve noire ».

Listé dans Livrées et marquages

Bloody nose

AC4400CW en livrée Bloody nose (avec moustaches)

Source, Drew Jacksich CC-BY-SA

Surnom d’une livrée du Southern Pacific et de sa filiale le St. Louis Southwestern Railway : noire avec les faces avant des locomotives rouges ; un filet blanc réfléchissant court le long du tablier, les marquages sont également blancs.

Voir aussi :

Amtrak Phase I

Listé dans Livrées et marquages

Bluebonnet

Livrée de l’ATSF dérivée de la livrée Warbonnet. Elle reprend la couleur argent, l’avant des locomotives étant bleu, rehaussée de jaune.

Voir aussi :

Warbonnet, Goldbonnet

Listé dans Livrées et marquages

BNSF
Burlington Northern and Santa Fe

Une ES44DC du BNSF, la 7637, dans la livrée la plus récente de la compagnie (Heritage III).

Photo : Doug Wertman , CC-BY, source

Compagnie de chemin de fer de classe 1, née de la fusion en 1996 du Burlington Northern Railway et de l’Atchison, Topeka and Santa Fe Railway, sour le nom Burlington Northern and Santa Fe.

En 2005, la compagnie est définitivement renommée BNSF Railway Company.

L’essentiel de ses lignes sont à l’ouest du Mississippi.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

157 📝 🔗
Bobber

Bobber du Lehigh Valley Railroad préservé par le Railroad Museum of Pennsylvania

Photo : James St. John, CC-BY, source

Type de caboose à deux essieux.

Inconfortables et peu pratiques, ils disparaissent à partir des années 1930. Certains subsistent jusqu’au début des années 1950 sur des shortlines trop pauvres pour changer leur matériel.

Listé dans Wagons

Box car
boxcar

Wagon couvert.

Voir aussi :

Hi-cube box car

Listé dans Wagons

Branchline
branch, branch-line

Ligne en impasse, d’une longueur significative, exploitée par une grande compagnie et permettant de desservir une ou plusieurs gares et/ou industries.

À l’époque de la vapeur (et encore maintenant pour certains trafics importants), il était fréquent qu’une branchline ait une locomotive dédiée.

Il est fréquent qu’une branch porte un nom afin de l’identifier ; souvent celui de la ville principale desservie [2].

Une industrie desservie sur les bords d’une main line sera considéré comme un spur. Une branchline exploitée par une petite compagnie dédiée à sa desserte est une shortline.

Voir aussi :

shortline

Listé dans Lignes et voies

137 📝 🔗
bridge

pont

Listé dans Bâtiments et ouvrages d’art

132 📝 🔗
Building America

Union Pacific n°7846 GEVO, prise au Kansas.

Photo : Hellbus, CC-BY-SA, source

Livrée de l’Union Pacific, reprenant la livrée traditionnelle jaune à liseré rouge, avec l’ajout du blason de l’UP et d’un drapeau des États-Unis flottant.

Listé dans Livrées et marquages

Bulkhead flat car
bulkhead

Wagons plats renforcés, avec un dossier à chaque extrémité du wagon. Une traduction littérale serait « wagon plat à extrémités massives », ce qui illustre assez bien le concept.

Listé dans Wagons

Burlington Northern Railroad
Burlington Northern, BN

Une GP38 dans la livrée « cascade green » du BN, en 1971.

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Le BN naît en 1970 de la fusion de plusieurs grandes compagnies de classe I opérant au nord-ouest des USA : Great Northern Railway, Northern Pacific Railway, Spokane, Portland and Seattle Railway et le Chicago, Burlington and Quincy Railroad.

Le BN rachète le St. Louis-San Francisco Railway (Frisco) en 1980.

En 1996, le BN fusionne avec l’ATSF pour former le BNSF.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

Caboose
cabooses, cambuse

Caboose préservé à Toronto

Saud, CC-BY-SA (source)

Typique des trains américains, le cabosse abrite l’équipe en charge du train (qui y mange et y dort), ainsi que le bureau du conductor, personne en charge de la marche du train (et de la paperasse).

En étant très souvent à la fin du train, le caboose permet de protéger l’arrière du train par des signaux et par des actions humaines pendant les manœuvres (protection par le flagman), mais aussi de savoir si un train est toujours complet.

En français canadien, on dit une caboose ou une cambuse.

Les cabooses disparaissent dans le courant des années 1980 pour être remplacés par un dispositif EOT (end of train) ou ETD (end-of-train device). Certains cabooses sont encore utilisés pour de rares trains spéciaux ou lors de manœuvres.

Voir aussi :

Bobber

Listé dans Wagons

164 📝 🔗
Can opener

Une EMD GP40 avec le logo Can Opener

Roger Puta, domaine public, source

Surnom du logo de la Conrail, qui rappelle un ouvre-boîte.

Listé dans Livrées et marquages

Canadien National
Canadian National, CN, CNA, CNIS

Une ES44AC du CN, la 2869, dans la livrée la plus récente de la compagnie.

Photo : Trougnouf (Benoit Brummer), CC-BY-SA, source

Compagnie de chemin de fer de classe 1, créé en 1919.

L’essentiel de ses lignes sont au Canada, avec une importante branche desservant le golfe du Mexique après avoir couru le long du Mississippi.

La compagnie est privatisée par le gouvernement canadien en 1995. Elle possède la compagnie Grand Trunk Corporation, qui rassemble ses intérêts aux États-Unis.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

Canadien Pacifique
Canadian Pacific, CP

Une SD70ACU du CP, la 7029, dans la livrée la plus récente de la compagnie.

Photo :Avidbirdenthusiast, CC-BY-SA, source

Compagnie de chemin de fer de classe 1, créé en 1881.

L’essentiel de ses lignes sont au Canada, avec une desserte de Chicago et de New-York.

De 1881 à 1885, le Canadien Pacifique construit la première ligne trans-continentale canadienne, reliant Montréal à la Colombie-Britannique.

Elle possède la Soo Line Corporation, qui rassemble ses intérêts aux États-Unis.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

184 📝 🔗
Cascade Green

Machines et caboose en livrée cascade green, quelque temps après la création du BNSF

KurtClark from Bellevue WA, USA, CC-BY, source

Vert de la livrée du Burlington Northern. Le matériel avait les faces blanches (faces jaunes pour les cabooses), ainsi que le châssis et le toit noir.

Listé dans Livrées et marquages

118 📝 🔗
Cat whiskers

Deux EMD FT devant le dépôt de San Bernadino, Californie

Photo : Mike Roberts, domaine public, source

Livrée de l’Atchison, Topeka and Santa Fe Railway.

Caisse bleue, bas de caisse et haut de caisse jaunes soulignés d’un filet orange, face avant jaune soulignée de trois traits jaunes sur les côtés (les moustaches du chat), châssis et toit noirs.

Listé dans Livrées et marquages

146 📝 🔗
Catfish

Une ET44AC du NS en livrée Catfish

Photo : James St. John, CC-BY, source

Surnom de la livrée du Norfolk Southern : noire avec inscriptions blanches, la face avant des locomotives ayant des filets blancs entourant le logo, qui rappellent des moustaches.

Listé dans Livrées et marquages

Centerbeam flat car

Centerbeam flat car vide

Dan from PQ, Canada - CC-BY-SA (source)

Wagon plat avec une longue arête en son centre, que l’on charge des deux côtés. D’une conception plutôt récente (fin du XXe siècle), il est emblématique du chemin de fer contemporain. Il sert principalement à transporter des objets longs et des produits forestiers finis (lots de planches notamment).

Listé dans Wagons

176 📝 🔗
Chesapeake and Ohio
C&O

Une E8A du C&O à Charlottesville, Virginie, en 1969

La locomotive arbore le logo « CO for progress ». Photo : Roger Puta, domaine public, source.

Fondée en 1878 par la fusion de plusieurs petites compagnies de Virginie, le Chesapeake and Ohio devient rapidement un chemin de fer de classe 1 du nord-est des USA. Elle exploite une ligne majeure reliant New-York aux Grands Lacs et Chicago via la Virginie, ainsi que de nombreuses lignes radiales.

En 1933, en plein âge d’or, la compagnie adopte la mascotte du chaton endormi, le Chessie Cat. Elle modernise ses ligne, double ses voies principales et renouvelle son parc. Durant la Seconde Guerre mondial, la compagnie s’illustre par son rendement.

Afin de mutualiser les coûts, le C&O intègre le Chessie System le 26 février 1973. Elle apporte au regroupement son nom et son logo.

Le Chessie System est absorbé par CSX le 1er novembre 1980, mais le Chesapeake and Ohio ne rejoint pas cette nouvelle entité, préférant rester indépendant. Cela ne dure qu’un temps, le C&O étant finalement absorbé par CSX Transportation le 31 août 1987 sans même avoir repeint ses machines.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

135 📝 🔗
Chessie Cat

Une EMD SD50 Chessie en 1986, appartenant au Chesapeake and Ohio Railway

Photo : source

Livrée du Chessie System.

Le logo est celui du Chesapeake and Ohio, appliqué par cette compagnie à partir de 1933.

Châssis et toit gros orage, caisse jaune encadrée en haut et en bas de deux bandes oranges. Le logo en forme de tête de chat est appliqué sur les côtés de la caisse avec le nom « Chessie System » et seule à l’avant.

Sur les côtés de la cabine, les initiales des compagnies faisant partie du Chessie sont indiquées.

Pour le matériel remorqué, les voitures sont identiques aux locomotives, mais avec un toit blanc. Les cabooses sont jaunes.

Listé dans Livrées et marquages

Chessie System

GE U30B appartenant au Chesapeake and Ohio, Atlanta, juin 1987

Photo : Roger Puta, domaine public - source

Afin de mutualiser les coûts, les compagnies du Chesapeake and Ohio, du Baltimore and Ohio et du le Western Maryland se regroupent (avec d’autres compagnies plus petites) sous la holding du Chessie System le 26 février 1973.

Particularité de cette compagnie de classe I, la livrée du matériel est commune (jaune, rouge et noire), mais chaque compagnie conserve son indépendance, et, par conséquent, ses initiales sur les flancs des cabines de conduite.

Le Chessie System fusionne avec le Seaboard Coast Line en 1980 pour former CSX (C et S pour Chessie et Seabord, X pour symboliser l’union). Cependant, le B&O et le C&O ne participent pas à la fusion et restent indépendants jusqu’en 1987, date de leur fusion dans CSX.

Listé dans Compagnies et organisations

180 📝 🔗
Chicago and North Western Railway
CNW, CN&W, North Western

Un train de voyageurs dans la livrée verte et jaune du CN&W en 1979

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Compagnie de chemin de fer américain de classe 1, active entre 1859 et 1995 dans le Midwest.

Sa signature graphique est présente dès 1885, avec le logo ball and bar.

À partir de 1936, le C&NW exploite ses trains de voyageurs rapide, les 400, entre Chicago et les Twin Cities, Chicago et Rapid City, Chicago et Omaha... Le CN&W exploite également des trains de banlieue. Ceux-ci bénéficient de matériels innovants, tels que la première rame automotrice réversible des USA.

De numbreux achats et fusions sont effectués après-guerre : le Minneapolis and St. Louis Railway est acheté, le Chicago Great Western Railway ou le Chicago, St. Paul, Minneapolis and Omaha Railway sont absorbés, pour ne citer que les plus grandes compagnies. Ainsi, le CN&W possède un réseau de 19000 kilomètres de long à son heure de gloire.

C’est alors que la compagnie est vendue à ses employés en 1972. Elle prend le nom de Chicago and North Western Transportation Company. Le nombre de lignes est réduit, par des ventes ou des fermetures, pour atteindre 5 000 km en 1995. Le Dakota, Minnesota and Eastern Railroad ou le Wisconsin and Southern Railroad bénéficient de ces réductions pour accroître leur implantation.

En avril 1995, le CNW est finalement racheté par l’Union Pacific Railroad et disparaît.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

181 📝 🔗
Chicago, Milwaukee, St. Paul and Pacific Railroad
Milwaukee Road, MILW, CMSP&P, Hiawatha

Une « Little Joe », locomotive électrique emblématique du Milwaukee Road, en 1971

Photo : Drew Jacksich, CC-BY-SA, source

Le Chicago, Milwaukee, St. Paul and Pacific Railroad, surnommé le Milwaukee Road est fondé en 1847. Présent dans le Midwest et le Nord-ouest des États-Unis, la compagnie devient une compagnie locale autour de Chicago jusqu’à son rachat par la Soo Line le 1er janvier 1986.

À son apogée, le réseau rayonne depuis Chicago vers le nord-ouest, avec pour limites le haut du Mississippi et du Missouri, et une ligne filant jusqu’à Seattle, la Pacific Extension, électrifiée par caténaires. 1000 kilomètres de lignes, les plus difficiles en montagne, sont électrifiées à partir de 1914. Le coût de construction est certes immense, mais il est largement compensé par les très bas coûts d’exploitation. La dernière locomotive à vapeur est retirée du service en 1957.

Le réseau est connu pour ses trains de voyageurs de grande qualité au départ de Chicago, les Hiawatha, dont l’Olympian Hiawatha (vers Seattle et Tacoma) et le Twin Cities Hiawatha (vers Milwaukee et Saint-Paul).

Les années 1950 sont mauvaises : la route concurrence de plus en plus le chemin de fer. En 1969, la fusion avec le Chicago and North Western Railway est refusée par l’ICC ; la commission approuvant par contre la création du Burlington Nothern en 1970. Le Milwaukee se retrouve face à une concurrence colossale.

Face à ses problèmes financiers croissants, la compagnie décide de déposer tout son réseau de caténaires en 1973 pour passer au tout-diesel. L’idée était considérée comme mauvaise par les observateurs extérieurs. Le choc pétrolier de 1974 leur donne raison, et plonge le réseau dans de graves problèmes financiers.

Le CMSP&P est en banqueroute le 19 décembre 1977. Les lignes allant vers le Pacifique, en très mauvais état, sont vendues ou abandonnées ; cela concerne plus de 3000 kilomètres de voies. Le Milwaukee, restructuré autour de Chicago, devient un petit réseau régional.

Après quelques tentatives de fusion ou de vente à d’autres compagnies, c’est finalement la Soo Line qui absorbe le MILW le 1er janvier 1986.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

Cigar band

FPA-4 du New York Central Railroad, préservée au Danbury Railway Museum

La livrée Cigar band est une livrée du New York Central Railroad.

Les locomotives sont noires, avec une bande blanche à l’avant, ressemblant à une étiquette de cigare.

Le terme est repris pour décrire le logo de la livrée Warbonnet de l’ATSF appliquée à partir de 1989.

Listé dans Livrées et marquages

114 📝 🔗
Cirus livery

Une ALCO FA-2 en livrée Circus, 1970

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Livrée du Western Maryland appliquée sur ses locomotives diesel.

Deux livrées :

  • pour les séries ALCO/EMD E et F (illustration) : châssis et haut de caisse noir, bas de caisse rouge-orangé, large bande blanche en milieu de caisse et nez blanc, nom de la compagnie et numéro d’identification dans un cartouche blanc sur le bas de caisse ; logo noir encadré de trois filets noirs sur la face avant
  • autres diesels : châssis noir, caisse orange, haut de caisse et haut de capot avant blanc, numéro d’identification dans un cartouche blanc

Listé dans Livrées et marquages

Classe 1
classe I

Une compagnie de classe 1 est définie comme il suit par le Surface Transportation Board.

Compagnie ayant des revenus annuels d’exploitation supérieurs à 504 803 294 dollars US (2019)

Au Canada, la définition est

Un chemin de fer faisant plus de 250 millions de dollars canadiens de résultat sur les deux précédentes années. (1991)

Les compagnies de classe 1 sont les suivantes :

Listé dans Compagnies et organisations

Closure rails

Rails non-mobiles à l’intérieur d’un aiguillage, entre les point rails (ou les heels) et le frog.

Listé dans Lignes et voies

Conrail
Consolidated Rail Corporation, CR

EMD SD40 de la Conrail, dans la livrée la plus courante

Le logo est surnommé « can opener » (ouvre boîte). Source : Roger Puta, domaine public

Compagnie de chemin de fer de classe I, constituée par l’État fédéral en 1976 pour exploiter les lignes du Penn Central suite a sa banqueroute retentissante, ainsi que les lignes déficitaires ou en banqueroute du Ann Arbor Railroad, du Central Railroad of New Jersey, de l’Erie Lackawanna Railway, du Lehigh Valley Railroad, du Reading et du Lehigh & Hudson River Railway.

Implantée au nord-est des États-Unis, la Conrail appartient pour 85% à l’État fédéral, et à 15% aux cheminots. Elle exploite jusqu’à 34000 miles de lignes, ce qui en fait la plus grande compagnie de son époque. Elle rationalise le matériel roulant et les infrastructures hérités des compagnies fusionnées, se débarrasse de l’exploitation non-rentable des trains de banlieue et bénéficie de changements législatifs liés à l’exploitation des chemins de fer en 1980. La compagnie parvient finalement à devenir rentable.

Une fois rentable, la Conrail est vendue en 1998 entre CSX (42%) et le Norfolk and Southern (58%), avec l’aval du Surface Transportation Board. Le 1er juin 1999, la Conrail n’exploite plus de trains.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

Crossing
Level junction, diamond junction, diamond crossing, X-ing

Le Wabash Cannonball arrive à Tolono, Illinois en 1962.

Le train passe une série de crossings, coupant à niveau une autre ligne. Roger Puta, domaine public.

Croisement.

Le terme est valable pour le croisement d’une voie ferrée par une autre voie ferrée, mais également pour le croisement d’une voie ferrée par une voie automobile (aussi appelé railroard crossing).

Voir aussi :

Crossover

Listé dans Lignes et voies

Crossover
double crossover, scissors

Deux crossovers à suivre à Pickering, Ontario

Photo : Jason Paris, CC-BY, source

Type d’appareil de voie permettant de relier deux voies parallèles principales (main line). Il est composé de deux aiguillages reliés par une voie courte en diagonale.

Un double crossover (aussi nommé « scissors ») est composé de quatre aiguilles et d’un croisement, ce dernier est alors situé entre les deux voies.

Un crossover peut aussi, dans certains cas (notamment en anglais britannique), désigner un croisement.

Voir aussi :

Crossing

Listé dans Lignes et voies

110 📝 🔗
CSX stripe

Une GE B30-7 CSX en 1986 en Floride

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Livrée de CSX, couleur argent avec lettrage et bandes horizontales bleues foncé, principalement utilisée sur des trains de voyageurs.

Listé dans Livrées et marquages

CSX Transportation
CSX Corporation, CSX, CSXT

Une ES44AH de CSX, la 906, dans la livrée la plus récente de la compagnie (YN3)

Photo : Mark Levisay, CC-BY-SA, source

Compagnie de chemin de fer de classe 1, créé en 1986.

Elle est née de la fusion du Seaboard System Railroad et du Chessie System effectuée via une holding, CSX Corporation, en 1980. CSX Transportation devient une marque à part entière en 1986.

Elle est consolidée en 1987 par l’absorption du Chesapeake and Ohio Railway et le rachat partiel de la Conrail en 1999.

L’essentiel de ses lignes sont à l’est du Mississippi, de la nouvelle-Angleterre à la Floride avec quelques dessertes au Canada.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

112 📝 🔗
CSX YN1
Blue Down, Stealth

GP38-2 de CSX en 2009

Photo : Railfan Jack, CC-BY-SA, source

Livrée de CSX à partir de 1987.

La « Blue Down » se compose comme il suit : caisse argent, nez et coté du châssis jaune, châssis, toit et côtés de la cabine de conduite bleue, logo bleu sur le côté de la caisse.

Le bleu utilisé était parfois plus pâle et lumineux, suivant l’état de la machine.

La version Stealth (« discrète ») est identique à la précédente, hormis le bleu surle toit replacé par du gris.

Listé dans Livrées et marquages

111 📝 🔗
CSX YN2
Bright Future

Une GE AC4400CW en 2011

Comme pour toutes les machines AC de CSX depuis la moitié des années 1990, un éclair souligne le numéro de la machine.

Photo : jpmueller99, CC-BY source

Livrée de CSX appliquée à partir de 1990.

La « Bright Future » présente un nez jaune, une cabine bleue, et une caisse gris avec une bande bleue sur la partie basse de la caisse. Les sections jaunes et bleues sur la cabine sont inclinées de 60 degrés vers l’arrière.

Listé dans Livrées et marquages

113 📝 🔗
CSX YN3
YN3, YN3b, Boxcar livery

Une ES44AH de CSX photographiées en 2008.

Photo : jpmueller99, CC-BY, source

Livrée de CSX appliquée depuis 2002 en remplacement des précédentes.

Châssis noire, caisse intégralement bleue, côtés du tablier et face avant du nez jaune ; logo jaune sur les côtés de la caisse, logo bleu sur le nez.

Une version YN3b existe ; elle présente le nouveau loco de CSX, dit « CSX boxcar ».

Listé dans Livrées et marquages

152 📝 🔗
Dark territory

Voie ou ligne où la détection des trains n’est pas effectuée par les circuits de voie.

Généralement, la sortie du « dark territory » est empêchée par un signal. Le conductor du train doit alors signaler sa présence au dispatcher, généralement par téléphone.

Listé dans Opérations

Daylight

Southern Pacific 4449

Photo : Drew Jacksich CC-BY-SA, source

Surnom d’une livrée du Southern Pacific.

Châssis et toit noirs, bande orange courant sur le côté, surmontée d’une bande plus mince vermillon ; porte de boîte à fumée argent pour les locomotives à vapeur.

Listé dans Livrées et marquages

187 📝 🔗
Denver and Rio Grande Western Railroad
Rio Grande, DRGW

Un boxcar du DRGW au Colorado Springs & Interurban Railway Museum

Le Speed lettering est le point commun à tout le matériel, avec, pour les wagons à voie normale, la livrée jaune (or) et argent.

Photo : Xnatedawgx, CC-BY-SA, source

Ancienne compagnie de classe I, le Denver and Rio Grande Western Railroad est un des chemins de fer emblématiques de la conquête de l’ouest et du passage des montagnes Rocheuses, affrontant sur le terrain l’ATSF, littéralement par tous les moyens.

Elle est caractérisée par de nombreuses lignes à voie étroite (voie de 3 pieds) dans le Colorado, qui transportent minerais et métaux précieux issus des mines dans des conditions difficiles. Elle exploite également une ligne principale à voie normale assurant le trafic inter-continental entre Oakland (Californie) et le Colorado, via le Nevada et l’Utah.

Fondé en 1870, refondé en 1920 après une banqueroute, la compagnie construit deux points majeurs de franchissement des montagnes Rocheuses, la Tenessee pass et le tunnel de Moffat. Au début du XXe siècle, elle convertir certaines de ses lignes à voie étroite à la voie normale et consolide sa présence en achetant et fusionnant plusieurs compagnies.

En 1988, la compagnie, ou plutôt sa holding, rachète le Southern Pacific. Pour des raisons d’image et de marque, le nom Southern Pacific est préféré à celui du Rio Grande, qui disparaît progressivement.

Aujourd’hui, plusieurs chemins de fer touristiques connus exploitent les anciennes lignes du DRGW : Cumbres and Toltec Scenic Railroad, Durango and Silverton Narrow Gauge Railroad, Royal Gorge...

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

Derailer
derail

Dérailleur.

Listé dans Lignes et voies

140 📝 🔗
Diesel fueling facility

Ensemble des équipements permettant d’alimenter une locomotive diesel en carburant.

L’équipement comporte à minima une pompe, reliée à une citerne ou à un wagon. Certaines installations, notamment celles dans les grands dépôts, sont très complexes.

Listé dans Installations fixes et équipements

Dispatcher
×
Au budeau du {dispatcher}, Travus Clark rédige un {track warrant}.

La machine CTC (permettant une gestion semi-automatisée de l’occupation des voies) a été éteinte pour cette session.

Personne responsable de la coordination de la marche des trains.

Listé dans Opérations

Double Slip Switch
Single Slip Switch, Double Slip, Single Slip

Traversée jonction double (TJD).

Le Single Slip Switch désigne une Traversée jonction simple (TJS).

Ce type d’appareil de voie est assez rare en Amérique du Nord. Les voies ferrées ayant eu de la place pour être construites, les ingénieurs ont préféré utiliser deux aiguilles, plus simples à fabriquer, plutôt que de construire une TJS ou une TJD.

Listé dans Lignes et voies

127 📝 🔗
double-track

Voie double.

Les doubles voies permettent de faire passer plus de trains, chaque voie ayant un sens de circulation.

Voir aussi :

trunk line

Listé dans Lignes et voies

Drill track
lead track, yard lead

Tiroir ou voie de manœuvre.

Ce type de voie permet de manœuvrer les wagons d’un yard ou une grosse industrie sans empiéter sur la main line, ou de desservir plusieurs spurs.

Contrairement à ce qui se fait en Europe, où un tiroir est très souvent présent dans une gare de marchandises pour trier les wagons en paix, une drill track nord-américiane n’est que peu utilisée dans une petite gare de marchandises. La livraison de wagons est assurée par le train de desserte, à qui on a donné l’exclusivité de l’utilisation de la ligne. Il peut donc manœuvrer ses wagons à loisir.

Listé dans Lignes et voies

116 📝 🔗
Empire Builder

L’Empire Builder, train phare du Great Nothern Railway, vers 1963

Photo : auteur inconnu, domaine public, source

Livrée emblématique du Great Northern Railway.

Châssis, haut de caisse et toit noir, caisse orange traversée par un bandeau noir rehaussé de jaune.

Il en existe des variantes : locomotive au tout partiellement orange, locomotive au bas de caisse noir...

Voir aussi :

Heritage I

Listé dans Livrées et marquages

163 📝 🔗
F-unit
F-units, type F

F9 du Rio Grande préservée au Colorado Railroad Museum

Photo : Laura Scudder, CC-BY-SA, source

Série de machines conçues par EMD et produite entre 1939 et 1960.

Elles sont caractérisées par une cabine de conduite haute et une caisse alignée avec les bords du châssis (carbody unit). Elles sont destinées au trafic de ligne, principalement pour le fret (certaines unités ont été prévues pour les trains de voyageurs).

Le type F a été décliné en de multiples versions : FT, F2, F3, F7, FP7, F9, FP9 et FL9.

Voir aussi :

E-unit

Sur Wikipédia

Listé dans Locomotives

167 📝 🔗
Fallen flag

Surnom donné à une compagnie disparue.

Listé dans Compagnies et organisations

141 📝 🔗
Fence

Grillage, clôture.

Listé dans Installations fixes et équipements

179 📝 🔗
Ferrocarriles Nacionales de México
FNM, N de M

Une paire de EMD SD40-2 toute neuves destinées au N de M.

Photo prise à l’usine EMD de La Grange, Illinois, en 1972. Carte postale de Audio-Visual Designs, Earlton, NY, domaine public, source

Le 29 février 1908, le gouvernement fédéral mexicain nationalise les chemins de fer. Les copagnies suivantes disparaissement :

  • Ferrocarril del Pacífico (FCP)
  • Ferrocarril de Chihuahua al Pacífico (CH-P) ;
  • Ferrocarril Sonora - Baja California (SBC) ;
  • Ferrocarril Coahuila y Zacatecas (FC C y Z) ;
  • Ferrocarril Interoceánico de México (FCI) ;
  • Ferrocarriles Unidos de Yucatán (U de Y).

Le matériel porte les initiales « N de M », puis à partir des années 1990, « FNM ».

Le 4 juin 2001, le gouvernement privatise la compagnie, qui est divisée en de multiples entités privées dont Ferromex, Ferrosur ou TFM.

Listé dans Compagnies et organisations

Ferromex
Ferrocarril Mexicano, FXE

Une SD70ACe de Ferromex, la 4050, dans la livrée la plus récente de la compagnie.

Photo prise au Canada par Taylor Woolston, CC-BY-SA, source

Compagnie de chemin de fer de classe 1, fondée en 1998 après la privatisation des chemins de fers nationaux du Mexique (Ferrocarriles Nacionales de México).

Il s’agit de la plus grande compagnie ferroviaire mexicaine.

Une première compagnie portant ce nom a existé au Mexique au début du XXe siècle.

Listé dans Compagnies et organisations

Flangeways

Écart au niveau du cœur, entre le frog et les wing rails, destiné à faire passer le boudin de roue.

Listé dans Lignes et voies

Flat car

Atchison, Topeka, & Santa Fe - Flat Car 97834

Everett Lee DeGolyer, FlickR The Commons (source)

Wagon plat.

Voir aussi :

Centerbeam flat car, Pulpwood flat car, Piggy back

Listé dans Wagons

119 📝 🔗
Freightbonnet
Bluebonnet, Yellowbonnet

Une EMD FP45 en 1983.

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Livrée de l’ATSF, appliquée de 1972 à 1996, et destinée aux trains de fret.

Caisse couleur bleue, châssis bleu, bogies argent, face avant jaune, dessin latéral jaune sur les caisses du côté de la cabine rappelant le légendaire Warbonnet.

Les termes « Bluebonnet » et « Yellowbonnet » s’appliquent à cette livrée, mais également à certaines machines à la livrée à la Warbonnnet, mais portant du bleu ou du jaune du lieu du rouge. Le but était de ne pas donner à Amtrak (créée en 1971) le bénéfice de l’image des trains de passagers de l’ATSF, mais aussi d’avoir un rappel du Warbonnet pour les trains assurés par l’ATSF.

Listé dans Livrées et marquages

Frog

Pointe de cœur, ou le cœur entier de l’aiguillage.

Listé dans Lignes et voies

gauge

Le terme gauge désigne à la fois :

  • l’écartement (d’une voie)
  • le gabarit ferroviaire (Loading gauge)

Listé dans Lignes et voies

Geep

Surnom donné aux locomotives GP produites par EMD : EMD GP7, EMD GP9, ... « GP » se prononce « Ji-pi » en anglais, ce qui a donné « Geep ».

Listé dans Locomotives

144 📝 🔗
Goldbonnet
Goldenbonnet

Livrée de l’ATSF dérivée de la livrée Warbonnet. Elle reprend la couleur argent, l’avant des locomotives étant couleur or.

Cette livrée est appliquée très brièvement en février 1960 sur la ALCO PA n°53, pour une campagne promotionnelle commandée par General Electric. Elle ne roula que dans le sud de la Californie.

Voir aussi :

Warbonnet, Bluebonnet

Listé dans Livrées et marquages

148 📝 🔗
Golden Olive

Les deux EMC 1800 portant la livrée Golden Olive (1935)

Photo : domaine public

Livrée éphémère appliquée en 1936 sur les deux premières locomotives diesel-électriques de l’ATSF utilisée en tête du Super Chief.

La partie supérieure des flancs et des cabines des locomotives est peinte en or, tandis que la partie inférieure était de couleur vert olive foncé. Une bande couleur olive court sur les côtés, allant en s’élargissant vers l’avant de la locomotive. Avant l’entrée en service sont ajoutées deux bandes rouges et bleues sur les côtés et les extrémités des locomotives.

Listé dans Livrées et marquages

Gondola
bathtub, high sides gondola

Chargement de bois dans un gondola de CSX

Photo : Dan from PQ, Canada, CC-BY-SA, source

Un wagon-tombreau à bords plus ou moins haut, utilisé pour à peu près pour transporter n’importe quoi : vrac, éléments longs, tuyaux, blocs de pierre, métal à recycler, etc.

À l’origine des chemins de fer, il s’agit d’un wagon plat auquel des ridelles plus ou moins hautes ont été ajoutées.

Sur certaines versions à bords bas, les extrémités peuvent parfois être retirées pour transporter des charges plus longues.

Les versions à bord haut sont souvent utilisées pour le transport du charbon ou de protéines pour l’alimentation animale. Bien qu’ils ressemblent à des hoopers, ils sont toujours considérés comme des gondolas (High sides gondola). Certains gondolas pour le transport du charbon ont une caisse abaissée entre les bogies. Ils sont surnommés « bathtub gondolas ».

Listé dans Wagons

147 📝 🔗
grand pull and grand shove
grand pull, grand shove

Opération de manoeuvres consistant à vider entièrement un spur (incluant les wagons qui doivent rester sur place), à trier les wagons dans un yard proche et à replacer en une fois les wagons sur le spur, dans l’ordre souhaite par le client.

Cette opération est réalisée principalement dans des zones où le train représente un danger (usine, port...), afin que les manoeuvres de triage soient effectuées dans une zone dédiée et sécurisée.

La traduction peut être « grande traction et grande poussée ».

Listé dans Opérations

Grand Trunk Corporation
Grand Trunk, GT, GTC, GTW

Deux machines dans l’anciennen livrée du GT, prises en 1985.

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Compagnie holding de chemin de fer de classe 1, fondée par le Canadien National en 1971 pour gérer les intérêts de cette compagnie aux États-Unis.

Elle reprend le nom du Grand Trunk Railway, racheté en 1920 par le Canadien National.

La compagnie exploite le Grand Trunk Western Railroad (fondé en 1928 par le CN). Les machines ont arboré une livrée spécifique, bleue à nez rouge et châssis noir, avec le lettrage « noddle » du CN, avant d’adopter la livrée actuelle du CN.

Elle a également exploité de manière indépendante les compagnies suivantes :

  • le Duluth, Winnipeg and Pacific Railway (1909 - définitivement fusionné dans le GT en 2011),
  • le Central Vermont (acheté en 1923 - revendu en 1995).

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

188 📝 🔗
Grinstein

Une SD70MAC « Grinstein » du BNSF

Photo prise par hargloub à Crawford Hill en 2009.

Livrée du Burlington Northern, reprise sur certaines machines du BNSF.

Caisse vert très sombre et blanc cassé, avec un liseré bordeaux ; châssis noir.

Listé dans Livrées et marquages

Guard rails

Contre-rails placés le long des stock rails et destinés à guider le passage sur le frog.

Listé dans Lignes et voies

Heels
heel rail

Partie entre les point rails et les closure rails. Il s’agit des lames mobiles, qui permettent de changer le train de voie. Elles sont affinées à leur extrémité, cette partie étant les point rails.

On ne trouve pas ce terme dans toutes les documentations, certaines publications estimant sur les heel rails font partie des point rails.

Listé dans Lignes et voies

122 📝 🔗
Heritage
Heritage unit

L’ancienne et la nouvelle !

EMD FL9 2014 du New Heaven (à gauche) et GE P32AC-DM du Metro-North Railroad (à droite). Photo : Mike Powell, CC-BY-SA, source

Le terme d’Heritage s’applique principalement à des livrées de compagnies disparues, appliquées par la compagnie qui les a rachetées sur des locomotives modernes.

C’est le cas du Norfolk Southern qui a repeint 12 machines, de l’Union Pacific qui en a repeint 6 ou du Metro-North Railroad qui a repeint plusieurs locomotives aux couleurs du New Heaven (livrée McGinnis).

La plus récente addition à ce parc coloré vient du Canadien National qui a dévoilé fin 2020, pour ses 25 ans de privatisation, cinq machines repeintes aux couleurs de compagnies acquises ou de filiales.

Parfois, certaines compagnies ravivent leurs anciennes livrées sur du matériel moderne afin de célébrer un événement, comme l’Amtrak pour ses 40 ans.

Listé dans Livrées et marquages

145 📝 🔗
Heritage I
Heritage IV

EMD GP9 « high nose » en livrée BNSF Heritage I

Photo : Taylorover9002, CC-BY-SA, source

Livrée du BNSF appliquée au parc de locomotives à partir de 1996.

La livrée Heritage I est adoptée suite au vote des employés. Elle reprend la livrée Empire Builder : orange et vert sombre rehaussé de jaune, châssis noir. Le logo et le lettrage reprennent les typographies de l’ATSF.

Bien qu’elle reprenne plusieurs livrées en hommage aux précédentes compagnies, il s’agit d’une livrée de service et non d’une livrée heritage tel qu’on l’entend habituellement.

Cette livrée est abandonnée au fur et à mesure de la sortie des autres versions. Cependant, elle est la base de la livrée « Heritage IV » destinée aux locomotives de manœuvres, sur laquelle le noir est replacé par du vert et le logo Swoosh est appliqué.

Listé dans Livrées et marquages

Heritage II

Une EMD GP60M Heritage II mène un train. La seconde locomotive est en livrée Warbonnet.

Photo : terry cantrell, CC-BY-SA, source

Livrée appliquée par le BNSF.

En janvier 2005, la livrée Heritage II est dévoilée pour fêter les dix ans du Burlington Nothern and Santa Fe, à présent nommé BNSF.

La livrée est semblable à la Heritage I, les bandes jaunes étant rehaussées de noir et le logo sur la face avant de la locomotive abandonnant la crois cerclée de l’ATSF pour un cartouche jaune. Le lettrage sur les flancs est jaune, le châssis des locomotives est couleur argent.

Listé dans Livrées et marquages

Heritage III
Swoosh, Powerbar, Burlington Nike Santa Fe, Wedgie

Une GE ES44AC avec le logo « Swoosh »

Photo : terry cantrell, CC-BY-SA, source

Livrée du BNSF appliquée depuis 2005.

Elle est identique à la Heritage II, mais avec le nouveau logo noir appliqué sur la face avant et les flancs de la locomotive.

Le logo est surnommé « Swoosh » (qui est parfois ausi le surnom de la livrée), « Powerbar », « Burlington Nike Santa Fe » du fait de sa ressemblance (de loin) avec le logo de Nike ou « Wedgie ».

Listé dans Livrées et marquages

Hi-cube box car
Hi-cube, hicube

Hi-cube boxcar vu entre deux wagons de gabarit « standard ».

La partie surélevée est bien soulignée en blanc, et deux cartouches jaunes à chaque extrémité indiquent « this car excesses height » (ce wagon dépasse en hauteur).

Crédit image : Dan from PQ, Canada (source)

Wagons couverts surélevés de 80 centimètres. Apparus dans le courant des années 1950, ils profitent des évolutions des définitions du gabarit ferroviaire. Ils permettent de transporter un volume plus important de marchandises.

La partie surélevée est peinte en blanc (ou en bleu surou jaune sur un wagon blanc) afin que le wagon soit facilement identifié.

Listé dans Wagons

hood
long hood, short hood

Short hood (à gauche) et long hood (à droite) sur une GP9.

Image : Micha L. Rieser - Source

Sur une locomotive diesel, la cabine est à une extrémité, laissant de la place pour un capot de chaque côté, un long et un court.

Il y a donc le « short hood » qui désigne le petit capot côté cabine de conduite et le « long hood » qui désigne le plus grand capot.

On peut aussi parler de « nose » (« nez ») pour désigner le petit capot.

Voir aussi :

nose

Listé dans Locomotives

Hopper

Les hoppers (trémies) sont divisés en deux sous-catégories, toutes deux permettant un dechargement par gravité :

  • covered hopper : wagon trémie fermé. Ils servent au transport de vrac qui craint les intempéries (produits minéraliers, produits agricoles et alimentaires, paillettes de plastique, etc.).
  • open hopper : le même, mais sans couverture. Ils servent principalement au transport de vrac qui ne craint pas les intempéries (pierre, minerais...).

Certains covered hoppers sont équipés de système de déchargement pneumatiques ; de l’air est injecté dans le wagon pour en chasser le changement.

On caractérise un hopper par son nombre de soutes (« bay » : 3 bays hopper = wagon trémie à trois soutes).

Listé dans Wagons

183 📝 🔗
Illinois Central Railroad
IC

EMD E7 arborant la livrée orange et chocolat de l’IC, 1967

Photo : Lawrence and David Barera, CC6BY-SA, source

Fondé en 1851, l’Illinois Central Railroad était l’un des plus anciens chemins de fer de classe I des États-Unis. Son parcours et des plus simple : il part de Chicago et longe la berge est du Mississippi jusqu’à la Nouvelle-Orléans. Cela assure rapidement à la compagnie des ressources importantes piquées aux bateaux.

L’IC rachète le Mississippi Central Railroad le 29 mars 1967. Mais la plus grosse opération reste la fusion avec le Gulf, Mobile and Ohio Railroad pour constituer l’Illinois Central Gulf Railroad, survenue le 10 août 1972. Le réseau est alors simplifié avec la suppression de lignes redondantes.

Le 11 février 1998, Le Canadien National achète l’IC et l’intègre en 1999 à sa holding étatsunienne du Grand Trunk Corporation. La compagnie canadienne devient ainsi la seule a avoir un réseau continu reliant le Pacifique, l’Atlantique et le Golfe du Mexique.

Malgré le passage aux couleurs du CN du matériel roulant, la compagnie reste encore visible sur les locomotives ou les wagons, où le signe ARR « IC » est encore utilisé.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

Insulated box car
Insulated boxcar

Wagon isotherme.

À ne pas confondre avec les refeers et les ventilated boxcars.

Listé dans Wagons

Interchange

Voie partagée par deux compagnies, permettant d’échanger des wagons.

Parfois appellé « Transfer » (par le M&StL par exemple).

Voir aussi :

transfer

Listé dans Lignes et voies

123 📝 🔗
Interstate Commerce Commission
ICC

Agence indépendante du gouvernement des États-Unis, fondée en 1887. Elle est chargée de veiller aux tarifs et à la concurrence du transport ferroviaire (et routier).

Elle est critiquée pour avoir, au long de son histoire, soit trop limité le prix du transport ferroviaire (générant des crises), soit d’avoir trop laissé les compagnies s’enrichir (générant des méga-industries. Elle est fortement limitée dans ces capacités dans les années 1970 et 1980, alors que le chemin de fer est en crise.

Elle est dissoute en 1995 au profit du Surface Transportation Board.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

Kansas City Southern
KCS, KCSR

Deux EMD GP22ECO du KCS, l’une en livrée grise, l’autre en livrée Southern Belle

Photo : Justin Smith, CC-BY, source

Compagnie de chemin de fer de classe 1, créé en 1887.

C’est le plus petites des compagnies de classe 1. Elle exploite des lignes entre le Midwest et le golfe du Mexique.

Elle a pour filiale le Kansas City Southern de México.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

Kansas City Southern de México
Transportación Ferroviaria Mexicana, KCSM, TFM

Une AC4400CW du KCSM, la 4567, dans la livrée la plus récente de la compagnie.

Photo : I Am Nash, CC-BY-SA, source

Compagnie de chemin de fer de classe 1, créé en 1997.

Anciennement Transportación Ferroviaria Mexicana, elle est une filiale à 100% du Kansas City Southern.

Elle exploite des lignes au nord-est du Mexique, jusqu’à la frontière avec les USA.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

102 📝 🔗
Kodachrome
Shouldn't Paint So Fast

Trois machines du Santa Fe Kodachrome et une Bluebonnet dans le désert de Mojave

Roger Puta, Domaine public, source

Livrée éphémère appliquée à des locomotives du Southern Pacific (SP) et de l’Atchison, Topeka and Santa Fe (ATSF) en 1986, en vue de la fusion des deux compagnies sous le nom de SPSF.

La livrée est jaune et rouge (qui rappellent les couleurs du Kodachrome), avec le toit et le châssis en noir et les bogies couleur argent. Elle rappelle le Yellowbonnet de l’ATSF avec la caisse reprenant le Bloody nose du SP.

La livrée est appliquée à un nombre important de machines par chaque compagnie en vue de préparer la fusion : plus de 300 pour l’ATSF et près de 100 pour le SP, sans compter le matériel remorqué. Mais, à la surprise générale, la fusion est interdite par la justice et les autorités de concurrence.

Chaque compagnie avait prévu de laisser de la place pour les lettres de sa nouvelle compagne... La livrée est alors ironiquement surnommée « Shouldn’t Paint So Fast » (« fallait pas peindre si vite »).

Listé dans Livrées et marquages

100 📝 🔗
Lightning stripe

EMD FL9 préservée au Danbury Railway Museum

Photo : Mike Powell, CC-BY-SA, source

Livrée du New York Central Railroad, à deux niveaux de gris, réhaussé de liserés blancs, présentant à l’avant de la caisse une forme d’éclair.

Listé dans Livrées et marquages

Livestock car
stock car, cattle car, poultry car, circus car, horse car, Double deck stock car

Wagon à bestiaux à deux niveaux de l’Union Pacific, conservé au Douglas Railroad Interpretive Center à Douglas, Wyoming.

Chris Light, CC-BY-SA (Source)

Wagon de transport de bétail.

Il existait des wagons spécialisés dans le transport de bovins, d’ovins, mais aussi pour le transport de cochons, de chevaux ou de volaille (Live Poultry Cars), voire, tant qu’a faire, poissons et huîtres !

Le transport du bétail est contraignant : toutes les 26 heures, le wagon doit être déchargé et nettoyé, les bêtes devant être placées en enclos et abreuvées. Les wagons de transport de bétail ont disparu avec l’apparition des Reefers, qui permettaient de transporter de la viande déjà préparée.

Autre usage de ces wagons : le transport d’animaux de cirque. Le Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus avait son propre train jusqu’en 2017.

Listé dans Wagons

loading gauge
plate B, plate C, plate D, plate E, plate F, plate H, plate K

Gabarit ferroviaire.

En Amérique du nord existent plusieurs gabarits, définis par l’AAR. Ceux-ci ont évolué avec le chemin de fer. Les plus fréquents sont les plate B et plate C.

Des types de matériel ont donc un plate particulier : hi-cube boxcars (plate F, plate G), de well-cars pour les containers (plate H), d’auto-racks (plate K)... Ils ne peuvent circuler que sur certaines lignes.

Sur Wikipédia

Listé dans Lignes et voies

Log car
Skeleton Log Car, Skeleton, Disconnected Log Car

Wagons destinés au transport de grumes, principalement utilisé par les chemins de fer forestiers.

Il en existe deux types :

  • Skeleton Log Cars : wagon composé de deux bogies et d’une barre longitudinale sur lequel les grumes sont posées
  • Disconnected Log Cars : wagon composé de deux bogies, la liaison entre les bogies est faite par les grumes

Listé dans Wagons

153 📝 🔗
Louisville and Nashville Railroad
L&N, LN

Le Hummingbird, train emblématique du LN

Image : carte postale, domaine public, source

Compagnie de chemin de fer pionnière, fondée en 1850 et ayant développé son réseau dans le sud-est des États-Unis.

Au cours de son existence, elle absorbe progressivement de nombreuses compagnies.

En 1982, elle fusionne avec le Seaboard Air Line Railroad pour créer le Seaboard System.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

main line

Main line (à droite) et siding à Melrose, Montana.

Voie principale.

La voie principale (main) est souvent équipée d’un rail plus lourd, mieux drainée et doté d’un vrai ballast.

Elle a aussi un aspect réglementaire important : les trains de priorité moindre doivent libérer la voie principale pour laisser passer les trains de classe supérieure.

Voir aussi :

running track

Listé dans Lignes et voies

125 📝 🔗
McGinnis

EP-5 du New Heaven en septembre 1964

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Livrée du New Heaven, composée de variations de orange, noir et blanc

De nombreux schémas d’application existent :

  • locomotives diesel, version élaborée : caisse divisée en deux horizontalement, noir au dessus, orange en dessous, nez et logo blancs.
  • locomotives diesel, version simplifiée : caisse intégralement noire avec cabine orange, mains courantes oranges, avec un grand logo sur les flancs (N orange, H blanc).
  • locomotives diesel, version simplifiée « ALCO RS-3 » : caisse intégralement orange avec cabine noire, mains courantes noires, avec un grand logo blanc sur les flancs.
  • locomotives diesel, version « stripes » : caisse noire avec trois bandes horizontales blanches courant sur toute la longueur de celle-ci, logo orange placé sur les bandes noires, bandeau de bas de caisse orange
  • locomotives électriques : haut de caisse orange, milieu de caisse noire, bas de caisse orange, châssis et toit noir, face avant orange et blanche avec un losange noir
  • automoteurs : caisse inox, bandeau en haut des fenêtres orange (pas toujours), face avant blanche avec logos blancs sur fond orange.
  • voitures : châssis noir, caisse inox, bandeau orange au niveau des fenêtres orange
  • wagon : caisse noire, porte orange, avec un grand logo sur les flancs (N orange, H blanc).
  • wagon : caisse orange, porte noire, avec un grand logo sur les flancs (N noir, H blanc).

La livrée tient son nom de Patrick B. McGinnis, qui a pris le contrôle du NH en 1954, imposant cette nouvelle livrée plus « flashy » afin de gagner des parts de marché. La précédente livrée était verte à filets d’or.

Listé dans Livrées et marquages

121 📝 🔗
Missouri Pacific Railroad
Mopac

Une EMD F7 du Mopac en 1966

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Compagnie fondée en 1851 à l’ouest du Mississippi, et principalement active sur l’axe sud du fleuve.

La compagnie croît par rachats. Elle bénéficie par exemple du démantèlement partiel du St. Louis-San Francisco Railway « Frisco » en 1925.

En 1933, suite à une banqueroute, la compagnie est placée sur la garde d’un administrateur financier. Cette tutelle se termine en mars 1956, ce qui permet au Mopac de se lancer dans le rachat fructueux de plusieurs compagnies dont le Gulf Coast Lines (1956), le Chicago, Rock Island and Pacific Railroad « Rock Island » (partiellement en 1980), le Missouri-Kansas-Texas Railroad « Katy » (en 1988).

Le MP prépare également son futur en fusionnant en 1980 avec le Western Pacific Railroad, puis en 1982 avec l’Union Pacific. Le nom de la compagnie disparaît en 1997 au profit de l’UP. Celui-ci récupère un parc de locomotives neuves, et une gestion innovante du matériel basée sur l’informatique.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

182 📝 🔗
Missouri-Kansas-Texas Railroad
Katy, MKT

La EMD F9AM N°401B et des cabooses du Katy exposées à Denison, Texas

Photo : Michael Barera, CC-BY-SA, source

Surnommé « Katy » d’après les initiales de Kansas et Texas, K-T, cette compagnie est fondée le 23 mai 1870.

En 1896, le KT emploie William Crush. Celui-ci organise la collision frontale de deux locomotives comme événement promotionnel pour la compagnie.

Par divers rachats, la compagnie finit par relier le port de Galveston au reste du Texas, et par l’Oklaoma et le Kansas, rejoint Saint-Louis.

La compagnie continue son existence en étant connu pour ses livrées colorées, dont une vert clair.

Entouré par des compagnies devenues de plus en plus grosses, le Katy est acheté en 1988 par le Missouri Pacific Railroad.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

154 📝 🔗
Monon
Chicago, Indianapolis and Louisville Railway, CIL, MON, The Hoosier line

Le Hoosier, train de voyageurs du Monon

Il porte les couleurs de la dernière livrée de la compagnie : rouge et blanche, avec le nom « Monon » marqué en grand. Les wagons étaient rouges avec un grand marquage « Monon ». Photo : carte postale, domaine public, source

Le Chicago, Indianapolis and Louisville Railway, créé en 1897 par la fusion de l’Indianapolis and Chicago Air Line et du Louisville, New Albany and Chicago. Il dessert uniquement l’Indiana aux États-Unis.

En 1956, la compagnie est renommée « Monon », du nom de la petite ville où toutes ses lignes se rejoignent. Ce nom est resté comme plus connu que celui du CIL.

Il s’agit d’une des premières compagnies à avoir entièrement passé son parc de locomotive au diesel lors de la transition era.

En 1971, le Monon est absorbé par le Louisville and Nashville Railroad.

Listé dans Compagnies et organisations

174 📝 🔗
Multimark
pacman

Une MLW S-3 en livrée Multimark à Montréal en 1970.

La loco garée derrière porte l’ancienne livrée du CP. Photo : Roger Puta, domaine public, source

Nom du logo du Canadien Pacifique appliqué à partir de juillet 1968. Ce logo est associé au Action red. Seul ce rouge est resté, le multimark disparaissant à partir du milieu des années 1980.

Il est surnommé « pacman » par les observateurs extérieurs, en référence au jeu vidéo.

Listé dans Livrées et marquages

narrow gauge

Deux locomotives à voie de trois pieds

Photo prise sur le célèbre réseau touristique du Denver and Rio Grande Western dans le Colorado. Photo : KimonBerlin, CC-BY-SA

Voie étroite.

Il existe pléthore d’écartements étroits dont :

  • la voie de deux pieds (2 feet, 610 mm), écartement industriel
  • la voie de trois pieds (3 feet, 914 mm), écartement de très nombreux chemins de fer secondaires dans toute l’Amérique

Listé dans Lignes et voies

National Model Railroad Association
NMRA

Association nationale des modélistes ferroviaires, fondée en 1935.

Elle est présente aux États-Unis, mais également dans plusieurs autres pays comme le Canada ou le Royaume-Uni.

Elle publie des normes, parfois en concertation avec le MOROP, qui permettent l’interopérabilité des trains miniatures.

Elle décerne également le titre de Master Model Railroader aux meilleurs modélistes.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

131 📝 🔗
Noddle

Le logo du CN sur leur quartier général de Montréal

Photo : Kurt Raschke, CC-BY, source

Surnom du logo du Canadien National et de ses filiales (Grand Trunk notamment). Le logo est constitué d’un trait joignant les lettres. Il a été mis en place en 1960.

Cela rappelle le logo « nouilles » de la SNCF...

Listé dans Livrées et marquages

178 📝 🔗
Norfolk and Western Railway
NW, N&W

Une SD9 du N1W préservée au Mad River and NKP Railroad Museum

Photo : jpmueller99, CC-BY, source

Compagnie de chemin de fer de classe I fondée en 1838.

La compagnie possède deux lignes majeures, l’une allant de Saint-Louis aux Grands-Lacs (desservant Chicago, Detroit, Cleveland, Buffalo...) ; l’autre partant de Norfolk sur la côté Atlantique pour rallier les Grands-Lacs via le sud de Appalaches.

Dans les années 1960, le N&W passe rapidement à la traction diesel.

En 1959, l’ICC donne son feu vers pour le rachat du Virginian par le N&W, qui avait des vues dessuis depuis l’exploitation conjointe de leurs lignes par l’USRA. C’est le début d’une grande campagne de rachats avec notamment l’absorption du Wabash, ou du Nickel Plate. Le N&W acquiert également le groupe Dereco, qui possède de nombreuses lignes. Celles-ci, peu rentables, ne sont pas absorbées et sont finalement versées à la Conrail.

Le Norfolk and Western créé le Norfolk Southern en 1982 avec le Southern Railway. Elle devient finale du Southern fin 1990, puis est définitivement intégrée au NS en 1997.

Listé dans Compagnies et organisations

Norfolk Southern
Norfolk and Southern, NS

Une GE C40-9W du NS, la 8897, dans la livrée « catfish » de la compagnie.

Photo : Emmett Tullos, CC-BY, source

Compagnie de chemin de fer de classe 1, fondée en 1982.

Il s’agit d’une holding regroupant le Southern Railway (dont elle garde le nom commercial, le logo et les livrées jusqu’en 1990) et du Norfolk and Western Railway (qui est définitivement absorbée en 1997), consolidée par le rachat partiel de la Conrail en 1999.

Elle exploite de nombreuses lignes dans le nord-est des États-Unis, ainsi qu’à l’ouest de Chicago.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

nose
high nose, short nose

High nose sur une GP38-2 du Northfolk Southern

Image : Russell Sekeet - CC-BY - Source

Certaines locomotives diesel ont leur petit capot (short hood) qui peut être soit haut (high nose) ou bas (short nose). Les capots bas sont obligatoires depuis les années 1990 pour des raisons de visibilité.

Nose signifie nez.

Voir aussi :

hood

Listé dans Locomotives

171 📝 🔗
Orange PFE

Reefer du PFE préseevé au Depot Park Museum, Californie

Photo : Sarah Stierch, CC BY 4.0, source

Livrée orange des wagons du Pacific Fruit Express.

Ces wagons portent les emblèmes du Southern Pacific et de l’Union Pacific. La couleur a eu tendance à s’affadir dans le temps.

Voir aussi :

Yellow reefer, Tropicana orange

Listé dans Livrées et marquages

130 📝 🔗
Oxide red
boxcar red, mineral brown

Un wagon du CB&Q fraîchement repeint en rouge wagon.

Image : Phil Jern, CC-BY, source

Dans les années de la Transition Era, couleur emblématique (et par défaut) de bien des wagons couverts nord-américains. Cependant, il en existe une infinité de nuances (du boxcar red au mineral brown) aussi bien sur la teinte neuve que sur les multiples livrées dégradées par le temps...

Listé dans Livrées et marquages

136 📝 🔗
Patching

Ancienne machine du Southern Pacific, à présent la Progress Rail Services n°7905, photographiée en 2010 au Brésil

L’immatriculation a été repeinte à la bombe de peinture ; sur le nez, le logo « SP » a été « patché » en gris.

Photo : Amauri Aparecido Zar…, CC-BY, source

Activité consistant à changer l’immatriculation ou l’appartenance d’un matériel en recouvrant toute ou partie de ses moyens d’identification par de la peinture, et à indiquer les nouveaux moyens d’identification sur le « patch » ou ailleurs.

Listé dans Livrées et marquages

Piggy back
piggyback

Surnom donné à certains wagons plats, destinée à transporter des remorques routières.

Listé dans Wagons

190 📝 🔗
pointless arrow

Le pointless arrow sur un RTG Turboliner en avril 1975

Photo : Tim_kd5urs, CC-BY-SA source

Ancien logo de l’Amtrak.

Listé dans Livrées et marquages

Points rails
point rail

La pointe effilée des lames d’aiguille, qui se plaque sur les stock rails.

Listé dans Lignes et voies

189 📝 🔗
Popsicle

Trois des quatre M-K TE70-4S du SP en livrée popsticle.

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Livrée du Southern Pacific, modernisation de la livrée daylight.

Elle l’a été appliquée qu’à quatre machines ( numéros 7030, 7031, 7032 et 7033), des reconstructions de UB-25 effectuées par Morrison Knudsen sous la dénomination TE70-4S.

Caisse d’aplats rouges et oranges, châssis gris, marquages blancs.

Listé dans Livrées et marquages

170 📝 🔗
Pullman green

Un tram d’essais en livrée vert Pullman

Worcester, Massachussetts, début XXe siècle - Image : Domaine public, source

Vert décorant par défaut les voitures de voyageurs, les interurbains, les trams, ainsi que les fourgons à bagages, les wagons postaux ou de la REA.

Listé dans Livrées et marquages

Pulpwood car

Wagon plat à ranchers spécialisé dans le transport de bois destiné aux papeteries. Les ranchers peuvent être latéraux pour transporter le bis longitudinalement, ou avec des dossiers renforcés en bout de train pour un transport transversalement.

Listé dans Wagons

railroad crossing
railway level crossing, grade crossing, traverse à niveau

« Traverse à niveau » à Sherbrooke, Québec

Le passage à niveau inclut des feux clignotants et une barrière abaissante. La croix de saint André, indiquant la présence du passage à niveau est typique du Canada.

Photo : Mario Hains, CC-BY-SA, Source

Passage à niveau.

Au Canada, le passage à niveau est désigné suivant la province par « Railway Crossing » ou « Traverse de Chemin de fer ».

Pour l’anecdote, un passage à niveau pouvait parfois servir à décharger un wagon.

Listé dans Lignes et voies

Reefer
mechanical reefer, refrigerator car

Chargement de glace dans un refer

Wagon réfrigéré.

La réfrigération est assurée par des moyens divers. Jusqu’à l’apparition de la réfrigération mécanique qui est aujourd’hui la norme, les reefers étaient chargés en glace à intervalles réguliers, obligeant à des manœuvres spécifiques.

À ne pas confondre avec les insulated boxcars et les ventilated boxcars.

Listé dans Wagons

Reporting mark

SLR 2069

Box car du St. Lawrence and Atlantic Railroad, avec une immatriculation « patchée », probablement suite à un rachat. Photo : Dan from PQ, Canada, CC-BY-SA (source)

Identifiant du propriétaire d’un wagon.

Cet identifiant (deux à quatre lettres) fait partie de l’immatriculation, avec le numéro d’ordre du wagon (jusqu’à 6 chiffres).

L’immatriculation normalisée est située à gauche des flancs du wagon, ainsi qu’en haut à droite de chaque extrémité d’un wagon.

Ces reporting marks se basent sur le standard carrier alpha code (SCAC), également utilisé pour les containers.

Généralement, un reporting mark de deux lettres annonce une compagnie établie depuis longtemps (UP, CN, CP, BN, SF...). Certains identifiants montrent aussi l’histoire d’un réseau et des compagnies : ainsi, le BN et le SF sont ainsi devenus le BNSF.

Les identifiants se terminant par X sont ceux des compagnies des loueurs de wagons (GATX, RBOX...). Par ailleurs, les identifiants des remorques de piggyback se terminent par Z et les containers intermodaux par U.

Listé dans Wagons

Right-of-way

Emprise ferroviaire.

Listé dans Lignes et voies

RIP track

Voie destinée à effectuer les réparations mineures sur du matériel roulant (le plus souvent remorqué).

RIP signifie ici « repair in place », « réparer sur place ». Une RIP track se trouve l’immense majorité des cas au sein d’un yard.

Listé dans Lignes et voies

128 📝 🔗
Roadswitcher

Terme générique qui signifie littéralement « locomotive de ligne et de manœuvres ».

Terme apparu avec la « dieselisation » du parc moteur, il désigne un type de locomotive diesel universel en Amérique du nord : une locomotive à cabine de conduite unique, proche d’une des deux extrémités (que l’on désignera généralement comme le côté avant de la locomotive), et équipée d’un capot moteur étroit autorisant une visibilité au moins partielle vers l’arrière.

Voir aussi :

switcher

Listé dans Locomotives

138 📝 🔗
roundhouse

La roundhouse du Toronto Railway Museum

Photo : Michael Mayer, CC-BY-SA, source

Bâtiment de forme circulaire abritant des locomotives ou des ateliers. En français : « rotonde ».

Les voies sous le bâtiment sont desservies par une turntable.

Listé dans Bâtiments et ouvrages d’art

Running board
roofwalk

Running board et volant de frein placé en hauteur sur un wagon couvert à voie étroite

Box car n°3130 du Denver & Rio Grande Western Railroad - Photo par James St. John, CC-BY.

Paletage installé sur le toit des wagons et permettant au brakeman (responsable des freins) de passer de wagon en wagon pour actionner les freins.

L’accès aux toits est fait par des échelles placées de chaque côté du wagon ou sur le caboose.

Les running boards disparaissent des nouveaux wagons dans les années 1960, mais leur fin définitive est repoussée à 1974 puis 1983. Le volant de frein est alors placé à portée de main.

Seuls les covered hoppers conservent des running boards pour faciliter leur chargement.

Le terme roofwalk est impropre, mais usité.

Listé dans Wagons

running track

Voie principale sur un spur possédant un siding (ou plusieurs), ou au sein d’un yard. Pour un yard, il s’agit souvent de la voie permettant aux locomotives de contourner le yard pour se mettre en tête d’un train.

Listé dans Lignes et voies

139 📝 🔗
Sand tower

Tour permettant la distribution du sable pour les locomotives.

Listé dans Installations fixes et équipements

Seaboard Coast Line Railroad
SCL

EMD E8 du SCL photographiées à Miami en 1971

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Seaboard Coast Line Railroad est un chemin de fer américain de classe I, créé en 1967 par la fusion du Seaboard Air Line Railroad et de l’Atlantic Coast Line Railroad.

Implanté sur la coûte sud-est, entre la Virginie et la Floride, il fusionne en 1982 avec la plupart des compagnies du Family Lines System afin de constituer le Seaboard System Railroad.

En 1970, le SCL fait rouler le Juice Train, qui transporte le jus d’orange Tropicana entre la Floride et la mégalopole new-yorkaise.

Le Seaboard Coast Line Railroad est définitivement absorbé par CSXT le 1er juillet 1986.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

Seaboard System Railroad
SBD

Une EMD SD40-2 du SBD photographiée en 1987

Bien que CSX ait été créée, la livrée du Seaboard System Railroad est toujours appliquée à cette locomotive. Photo : Roget Puta, domaine public, source

Le Seaboard System Railroad est un chemin de fer de classe I du sud-est des États-Unis créée en 1982.

Il s’agit de la fusion en une seule marque des compagnies suivantes :

  • Family Lines composé du Seaboard Coast Line et ses filiales (Louisville & Nashville, Georgia Railroad, et Clinchfield Railroad)
  • West Point route regroupant l’Atlanta and West Point Railroad et le Western Railway of Alabama

Toutes possession de la holding CSX Corporation, elles sont fusionnées en une seule compagnie avec plus ou moins d’indépendance.

Le Seaboard System Railroad intègre d’autres compagnies durant sa courte existence : le South Carolina Pacific Railway le 30 avril 1984, le Louisville, Henderson and St. Louis Railway en juillet 1984, le Gainesville Midland en 1985, l’Atlanta and West Point Railroad et le Columbia, Newberry & Laurens Railroad en juin 1986.

Le Seaboard Coast Line fusionne ensuite avec le Chessie System en 1986 pour former CSX Transportation (C et S pour Chessie et Seabord, X pour symboliser l’union).

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

shortline
short-line

Au Canada et aux États-Unis, une shortline (ligne courte) est une petite compagnie qui exploite des lignes locales, non rentables pour de plus grosses compagnies de chemin de fer. Elles possèdent souvent avec du matériel un peu ancien.

Les shortlines peuvent être dédiées à un type de trafic entre deux industries, à la desserte finale de wagons isolés provenant de compagnies plus importantes ou à l’exploitation de trains touristiques.

Le Strasburg Rail Road (Pensylvanie) exploite un train touristique et assure une desserte terminale de wagons isolés, parfois tractés par des locomotives à vapeur.

Voir aussi :

branchline

Sur Wikipédia

Listé dans Lignes et voies

siding

Voie d’évitement ou de garage.

Cette voie est presque toujours déviée de la voie principale, permettant à un train de se ranger sur le côté (side) de la main line.

Un train moins prioritaire doit laisser la main à un train de priorité supérieure en « prenant un siding » (take a siding).

Il ne faut pas confondre un siding avec un spur : un siding ne peut pas recevoir de wagons pour chargement ou déchargement.

Un siding peut être protégé par un derail.

Listé dans Lignes et voies

sleeper
tie

Traverse.

Autre appellation : tie.

Les traverses peuvent être en bois (wood sleepers), en béton (concrete sleepers) ou en métal (metal sleepers).

Listé dans Lignes et voies

151 📝 🔗
Snowbird

Une ALCO C628 « Snowbord » du Lehigh Valley Railroad en 1969

Photo : Roger Puta, domaine public, source

Livrée du Lehigh Valley Railroad.

Les locomotives sont blanches, avec le toit et le châssis noirs.

Listé dans Livrées et marquages

Soo Line Corporation
SOO, Soo Line

En 1981, la SOO a encore sa livrée blanche caractéristique.

Elle a à présent été remplacée par la livrée du CN. Photo : Bruce Fingerhood, CC-BY, source

Compagnie de chemin de fer de classe 1, fondée par le Canadien Pacifique en 1961 pour gérer les intérêts de cette compagnie aux États-Unis.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

Southern Pacific
Southern Pacific Transportation Company, Southern Pacific Railroad, SP, Espee

EMD GP9R en livrée « bloody nose »

Santa Clara, CAlifornie, 1979 - source, Roger Puta, Domaine public

Fondée en 1865, la compagnie devient un chemin de fer de classe I dominant dans le sud-ouest des États-Unis. Son siège était à San Francisco.

En 1870, le SP et le Central Pacific fusionnent, permettant d’avoir une ligne continue franchissant les montagnes Rocheuses et connectant la Californie à la ligne venant de l’est (exploitée par l’Union Pacific) à Ogoden (Utah).

En 1901, Edward Harriman prend le contrôle du SP. Étant également propriétaire de l’Union Pacific et de bien d’autres compagnies, cette situation de monopole déplaît à la Cour suprême des États-Unis qui ordonne de redonner son indépendance au SP en 1913.

En 1906, le SP et l’Union Pacific créent le Pacific Fruit Express.

En 1932, le SP achète le Cotton Belt, qui reste indépendant jusqu’en 1992.

Fin 1986, l’ATSF et le Southen Pacific annoncent leur fusion (ils se tiraient dessus un siècle avant). Confiantes, les compagnies commencent à repeindre leurs machines en livrée SPSF. Mais l’Interstate Commerce Commission refuse la fusion.

Le propriétaire du Denver and Rio Grande Western Railroad rachète le SP le 13 octobre 1988, mais laisse toute son indépendance à la compagnie, qui absorbe de facto le Rio Grande.

La compagnie est connue pour ses livrées : notamment la « Daylight », la « black widow » et la « bloody nose ».

Le SP est vendu à l’Union Pacific le 11 septembre 1996.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

177 📝 🔗
Southern Railway
SOU

Une FP7 du Southern Railway en 1969

Elle arbore le logo rond, vert et jaune, de la compagnie. Photo : Roger Puta, domaine public, source

Chemin de fer de classe I fondé en 1894 sur la base d’une compagnie fondée en 1827, ayant pris le contrôle de 150 compagnies.

Son slogan, « SERVES THE SOUTH », indique clairement l’ère géographique desservie : un quadrilatère allant de Philadelphie à la Nouvelle Orléans, et de Jacksonville à Saint-Louis.

Le SOU le premier chemin de fer à circuler la nuit. Lors de la transition era, la compagnie diéselise son parc rapidement. Elle privilégie les locomotives avec un high nose, afin d’améliorer la sécurité des équipes de conduite en cas de collision.

Le Southern créé le Norfolk Southern en 1982 avec le Norfolk and Western Railway . Cependant, elle garde son nom commercial, son logo et sa livrée jusqu’au 31 décembre 1990, date à laquelle elle disparaît définitivement au profit du Norfolk Southern.

Listé dans Compagnies et organisations

185 📝 🔗
Speed lettering

EMD SD50 « patchée » avec un numéro de l’Union Pacific (propriétaire actuel du DRGW).

terry cantrell, CC-BY-SA, source

Typographie utilisée par le Denver and Rio Grande Western Railroad entre 1950 et 1980.

Listé dans Livrées et marquages

Spine car

Wagon poutre servant au transport des grumes, ou, entre 1978 et les annees 2000, des remorques routières.

Voir aussi :

Piggy back

Listé dans Wagons

SPSF

La AT&SF 8085 en livrée Kodachrome à Needles, CA, en avril 1987

Roger Puta, Domaine public, source

En 1986, le Southern Pacific et de l’ATSF annoncent leur fusion sous le nom de SPSF. Cette fusion est retoquée par l’Interstate Transport Commission, alors que les deux companies, confiantes, avaient commencé à appliquer la nouvelle livrée « Kodachrome » prévue pour le SPSF.

Listé dans Compagnies et organisations

spur

Voie sur laquelle sont laissés des wagons pour chargement ou déchargement.

Un spur peut être une voie en impasse, ou avoir deux aiguilles à chaque extrémité. Ce dernier cas, nommé double-sided spur (spur à deux extrêmités) ne doit pas être confondu avec un siding.

Certains spurs peuvent être d’une longueur significative pour desservir une ou plusieurs industries. On parlera alors d’industry spur.

Listé dans Lignes et voies

standard gauge

Voie normale.

L’écartement de la voie normale est défini par l’UIC. Il est de 1435 millimètres ou 4 feet et 8 1⁄2 inches.

Listé dans Lignes et voies

Stock rails

Rails à l’extérieur d’un aiguillage.

Listé dans Lignes et voies

Street running
street-running, on-street running

Street running à Oakland, Californie

Photo : BEn

Parfois les trains roulent sur la route, sans délimitation nette avec la circulation, hormis avec un peu de peinture.

L’expansion urbaine, la desserte de certains lieux ou l’historique de certaines anciennes lignes de tramways fait que parfois les trains roulent... sur la route ! Le Street running (circulation sur la route) est alors un spectacle à part entière, largement photographié. Cette pratique est présente partout dans le monde, mais aux États-Unis, certains lieux sont devenus emblématiques.

Niveau sécurité, les intersections sont souvent équipées de barrières et de feux clignotants, et le marquage au sol empêche (théoriquement) les voitures de rouler là où sont les voies. Le train, quant à lui, roule à vitesse modérée et utilise klaxon et cloche pour se faire entendre, et des feux clignotants pour mieux être vu.

Listé dans Lignes et voies

124 📝 🔗
Surface Transportation Board
STB

Agence fédérale indépendante des États-Unis, elle succède en 1995 à l’Interstate Commerce Commission.

Elle est en charge de la régulation des tarifs et de la concurrence pour les chemins de fer, et pour tout type de transport inter-états, sur ou sous terre (pipelines, transporteurs routiers et lignes de car longue-distance, etc.).

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

Switch rod

Traverse mobile, permettant le mouvement des point rails et leur maintien au bon écartement.

Le switch rod est connecté à un switch stand.

Listé dans Lignes et voies

switch stand
ground throw, throw, switch motor, hand throw

Quelques switch stands

Présentation au Mid Continent Railway Museum, à North Freedom, Wisconsin. Photo : Sean Lamb, CC-BY-SA 2.0

Commande de levier d’aiguillage.

En Amérique du nord, chaque compagnie avait ses leviers-type.

Les leviers des aiguilles posées sur la voie principale sont souvent équipés d’un indicateur coloré destiné à indiquer la position de l’aiguillage :

  • signal rouge : la voie va vers un siding
  • signal vert : la voie est alignée avec la voie principale.

De nos jours, les appareils de voie sur les voies principales ou à fort trafic sont commandés à distance par un moteur (Switch motor).

Listé dans Lignes et voies

129 📝 🔗
Switcher

Locomotive de manœuvres.

Désigne un type de locomotive diesel universel en Amérique du nord destinée aux manœuvres et aux très courtes dessertes.

Pour une locomotive à vapeur, il s’agit souvent d’une machine courte à peu d’essieux et parfois possédant un tender bas ou biseauté pour améliorer la visibilité.

Pour une locomotive diesel, il s’agit le plus souvent d’une locomotive à cabine de conduite unique, placée à une des deux extrémités (que l’on désignera généralement comme le côté avant de la locomotive), et équipée d’un capot moteur étroit et bas octroyant une meilleure visibilité.

Voir aussi :

Roadswitcher

Listé dans Locomotives

Tank car

Wagon citerne.

Certains trains, intégralement composée de wagons citernes sont surnommés « rolling pipelines ». Il arrive parfois que les wagons soient reliés entre eux de manière permanence pour faciliter le chargement et le déchargement.

Listé dans Wagons

Team track

Voie de débord (spur) destinée au chargement et au déchargement de toute sorte de trafics. Elle n’est pas assignée à une tâche spécifique et permet d’accueillir des clients dont l’entreprise n’est pas connectée au réseau ferré.

Listé dans Lignes et voies

101 📝 🔗
Tiger Stripe

Un ALCO S-6 en livrée Tiger stripes en 1964

Photo : Drew Jacksich, CC-BY, source

Livrée du Southern Pacific, noire à rayures jaunes ou jaunes-orangées.

Listé dans Livrées et marquages

Track

La voie.

Voir aussi :

Track warrant

Listé dans Lignes et voies

Track warrant
warrant, track warrants

Bulletin d’ordres donnant l’autorisation d’occuper une main line jusqu’à certaines conditions (arrivée à un point précis, rencontre avec un autre train, etc.). Ce système, combiné avec l’utilisation de radios, permet une grande souplesse dans l’occupation des voies.

×
Zach Franey recopie un {track warrant} à Caliente.

Chaque bulletin est dicté par radio par le dispatcher à l’équipe de conduite, qui le recopie et le confirme. Ce bulletin est alors le guide pour l’équipe de conduite.

Listé dans Opérations

172 📝 🔗
Tropicana orange
Yellow reefer, Orange PFE

Un wagon Tropicana orange préservé au Florida Gulf Coast Railroad Museum

Photo : Harvey Henkelman, source

Couleur du train d’oranges de Tropicana, qui remonte de Floride vers la mégalopole de la côte est.

Les wagons sont à présent blancs (et taggués).

Listé dans Livrées et marquages

126 📝 🔗
trunk line
trunk railroad

Ligne majeure (« Ligne tronc »), faisant le lien entre deux points importants (yard majeur, interchange avec un autre trunk...) et desservant de nombreuses lignes locales.
Les trunk lines sont souvent des double-track lines afin d’absorber le trafic, très important.

Listé dans Lignes et voies

TTTO

Time Table and Train Orders.

Système d’exploitation basé sur les horaires des trains et leur priorité. Chaque train a un temps assigné pour occuper sur une voie, et des ordres complémentaires sont délivrés pour gérer les retards et les situations imprévues. Ce système donne une certains souplesse aux équipes de conduite, mais il ne permet pas une gestion fine des lignes comme les track warrants.

Utilisé depuis les débuts du chemin de fer et du télégraphe (puis du téléphone), le TTTO disparaît progressivement dans les années 1980 avec l’augmentation de l’efficacité des radios. Il est remplacé par les track warrants. Le dernier ordre passé par un TTTO a lieu le 4 septembre 2012 sur le Long Island Railroad.

Listé dans Opérations

Turnout
curved turnout

Aiguillage.

Un curved turnout est un aiguillage courbe. ceux-ci le sont pas forcément fréquents.

Listé dans Lignes et voies

142 📝 🔗
Turntable
Girador ferroviário, Mesa giratoria

Un pont tournant à Córdoba, Argentine. Il sert à retourner des voitures.

Photo : Falk2, CC-BY-SA, source

Pont tournant.

Listé dans Installations fixes et équipements

173 📝 🔗
Tuscan red

Voitures des années 1920, restaurée par le Lycoming Valley Railroad.

Photo : Ruhrfisch, CC-BY-SA, source

Rouge utilisé sur les voitures du Pennsylvania Railroad.

Ce rouge a également été utilisé comme bandeau sur certaines voitures du Canadien Pacifique.

Listé dans Livrées et marquages

191 📝 🔗
Uncle Pete

Surnom de l’Union Pacific.

Listé dans Compagnies et organisations

Union Pacific
UP, UPY

Une ET44AH de l’UP, la 2668, dans la livrée la plus récente de la compagnie.

Photo : Tyler Silvest, CC-BY, source

Compagnie de chemin de fer de classe 1, créé en 1862.

Elle exploite des lignes à l’ouest du Mississippi. C’est le plus grande compagnie de classe 1.

Listé dans Compagnies et organisations

Ventilated boxcar

Wagon ventilé.

Principalement destinés aux fruit et légumes, le maintien de la température à bord se fait par le passage de l’air. Cela fonctionne bien quand le train roule, moins bien quand il est à l’arrêt sous un grand soleil.

À ne pas confondre avec les refeers et les insulated boxcars.

Listé dans Wagons

VIA Rail Canada
VIA Rail

Deux GMD F40PH-2 de VIA Rail, tractant Le Canadien (Toronto-Vancouver)

Photo : Timothy Stevens, CC-BY, source

Entreprise d’état canadienne fondée en 1978 pour prendre en charge le trafic national de passagers.

Elle exploite des trains de passagers grande distance, parcourant principalement les voies du CN et du CP.

Sur Wikipédia

Listé dans Compagnies et organisations

Warbonnet
Circle and Cross

Qui ne connait pas cette livrée ?

Photo : Drew Jacksich, CC-BY, source

Livrée emblématique de l’ATSF créée en 1937 par Sterling McDonald pour le train de passager phare Super Chief.

La livrée allie une caisse couleur argent avec un nez rouge rehaussé de jaune, et un châssis noir. La face avant de la locomotive est décorée du « Circle and Cross ».

Cette livrée, nommée d’après une coiffe indienne, est un des marqueurs forts identifiant les trains américains dans la culture populaire.

À partir de 1971, certaines locomotives Warbonnet sont repeintes en Bluebonnet ou en Yellowbonnet.

À partir de 1989, l’ATSF repeint ses machines en « Warbonnet ». Le BNSF fait également cela pendant quelques années sur certaines de ses locomotives. La livrée BNSF est surnommée « Fakebonnet ».

Voir aussi :

Bluebonnet, Goldbonnet

Listé dans Livrées et marquages

Well car
double-stack container

Well car chargé d’un container de 40 pieds, surchargé d’un container de 54 pieds

Dan from PQ, Canada, CC-BY-SA (source)

Wagon porte-containers surbaissé, destiné à recevoir deux containers.

Le wagon est creux pour recevoir un premier container, puis un second container est chargé par dessus. Cela est possible du fait du gabarit ferroviaire généreux que l’on trouve sur certaines lignes nord-américaines (mais pas toutes). Ces wagons sont entrés en service à partir de 1980.

La capacité du wagon est indiquée par de grands chiffres sur le flanc du châssis (sur la photo d’illustration « 40 » pour « 40 pieds » et « 125T » pour « 125 ton ».).

Certains well cars sont groupés par deux, trois ou cinq éléments. Certains peuvent alimenter leurs containers réfrigérés en électricité.

Listé dans Wagons

166 📝 🔗
Western Pacific
WP

Le California Zephyr approche du Keddie Wye.

Photo : Drew Jacksich, CC-BY-SA (source)

Compagnie de chemin de fer de classe I des États-Unis fondée 1903. En 1909, en coopération avec le Denver and Rio Grande Western Railroad, elle construit une nouvelle ligne transcontinentale aboutissant à San Francisco.

Elle réalise en 1931 la connexion avec le Great Northern Railway. Pour cela, le WP construit le Keddie Wye, aujourd’hui lieu célèbre des chemins de fer aux USA.

Concurrencée par le Southern Pacific, la compagnie innove en étant une des première à passer à la traction diesel, à l’informatique pour le gestion des lignes ou au transport de containers.

En 1962, le Santa Fe et le Southern Pacific tentent chacune un rachat du Western Pacific Railroad. C’est finalement l’Union Pacific qui rachète la compagnie en 1982.

Listé dans Compagnies et organisations

Wing rails

Contre-rails placés le long du cœur (frog destinés à guider le passage des roues sur celui-ci.

Listé dans Lignes et voies

Wye

Aiguillage symétrique. Peut aussi désigner un triangle de retournement.

« Wye » correspond au nom de la lettre Y, prononcé en anglais.

Listé dans Lignes et voies

yard
cour de triage

Le Proviso Yard à Chicago en décembre 1942

Gare de triage.

Au Canada francophone : cour de triage.

Le responsable d’un yard est un yardmaster.

Listé dans Lignes et voies

Yardmaster

Responsable des opérations au sein d’un yard.

Listé dans Opérations

165 📝 🔗
Yellow reefer

Reefer loué au Soo Line

Le wagon est préservé au Whippany Railway Museum. Photo : Jerrye & Roy Klotz, MD, CC-BY-SA, source

Couleur jaune appliquée sur certains wagons réfrigérés ou isothermes.

Voir aussi :

Orange PFE, Tropicana train

Listé dans Livrées et marquages

120 📝 🔗
Zebra stripes
livrée zèbre

Nom d’une livrée (tout ou partie) noire et blanche utilisée par les diesel du Santa Fe (entre 1935 et 1960) ou par le Canadien National (première livrée).

Listé dans Livrées et marquages